Dossier Mbonimpa : La défense n’interjettera pas la décision du TGI




Par: Aubin Niyonkuru , mercredi 17 septembre 2014  à 08 : 00 : 19
a

Les avocats du président de l’Aprodh se disent surpris une fois de plus de la décision du juge du Tribunal de Grande Instance en mairie de Bujumbura qui vient de lui refuser de nouveaux la liberté provisoire malgré son état de santé critique.

Au cours d’un point de presse animé par 3 de ses Avocats ce lundi, ils ont plutôt annoncé qu’ils gardent l’espoir sur le travail de la commission médicale qui va produire son rapport d’ici 10 jours et sur base duquel la liberté provisoire pourra lui être accordée.

« Le fait que le juge ait accepté que cette commission médicale soit mise sur pied nous donne l’espoir, parce que si cette expertise, dont nous ne doutons pas même pas, va conclure que notre client est malade comme d’aucun le sait, nous pensons alors que le juge pourra lui accorder la liberté provisoire », a assuré Maitre Antoine Nzobandora.

Toutefois, les avocats de P C Mbonimpa s’étonnent des contradictions mentionnées dans l’acte de signification du jugement qui a été produit. Selon Maitre Antoine Nzobandora, d’une part le juge n’accepte pas qu’il y a eu de débats contradictoires en audience publique, mais d’autres parts il accepte qu’une commission médicale soit mise sur pied.

« Le juge, alors qu’il a accepté de conduire les débats jusqu’à leurs termes, il a spectaculairement dit qu’il n’y a pas eu de débats », s’est étonné Maitre Antoine Nzobandora.

Dans le même acte de jugement, le juge reproche aux avocats de P C Mbonimpa de ne pas avoir la qualité de comparaitre et le représenter pendant l’audience publique. Mais sa défense se demande alors d’où le juge aurait accepté la mise sur pied de la commission médicale.

Selon toujours la défense du président de l’Aprodh, avec un jugement comme celui qui a été rendu, il y avait moyen de faire appel de cette décision, mais elle a décidé de ne pas le faire puisque dans telles affaires la décision du 1er juge est toujours maintenu par celui de la juridiction supérieure.

« Nous nous sommes concertés avec les autres, et nous avons décidé de ne pas faire appel et d’attendre la décision qui émanera du Tribunal de Grande Instance aux termes de l’expertise médicale qui sera fait endéans 10 jours », a dit Maitre Antoine Nzobandora.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

190 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi





Les plus populaires
Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 11 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 11 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 10 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 10 %)

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison ,(popularité : 9 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 8 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 8 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 8 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 8 %)

Muyinga/Un containeur sert de cachot clandestin à Gasorwe,(popularité : 8 %)