Nord du pays : Les professeurs vacataires fâchés




Par: Aubin Niyonkuru , jeudi 18 septembre 2014  à 07 : 25 : 29
a

Les professeurs vacataires des provinces de Ngozi et Kayanza réclament leurs arriérés que leur doit l’Etat. Pour certains d’entre eux, cela fait 2 ans qu’ils n’ont pas été payés, alors qu’ils ont presté régulièrement.

Ces professeurs vacataires disent qu’ils commencent à s’inquiéter vu que les besoins en personnel enseignant vont s’accroitre pour cette année scolaire 2014-2015, et que les promesses de l’Etat ne sont pas tenues.

Selon les professeurs vacataires de la province de Ngozi, l’Etat leur doit une somme de 22.960.000 Frs représentant les frais de vacatariat pour l’année scolaire 2013-2014. Pour ceux de la province de Kayanza, ils précisent que l’Etat leur doit une somme qui s’élève à plus de 53.000.000 Frs représentant les arriérés des 2 dernières scolaires, à savoir celui de 2012-2013, et celui de 2013-2014.

Ces enseignants menacent d’arrêter le vacatariat s’ils ne sont pas payés. Cela étant, la carence des enseignants se fait toujours sentir vu le nombre de ceux qui seront recrutés pour cette année scolaire 2014-2015, par rapport aux besoins.

« La direction provinciale de l’enseignement en province de Ngozi avait besoin de 194 enseignants qui presteraient dans les écoles secondaires, et le gouvernement n’a autorisé que de recruter seulement 132 enseignants.

En province de Kayanza, le besoin était de 216 enseignants, mais la direction provinciale de l’enseignement a été autorisée d’engager 140 enseignants seulement », selon les chiffres donnés par ces directions provinciales de l’enseignement des 2 provinces, ce qui laisse constater qu’il y aura des établissements scolaires qui auront toujours besoins de ces professeurs vacataires.

Les directions provinciales de l’enseignement des 2 provinces promettent de se pencher à la question sans donner d’autres précisions.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

144 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Apollinaire N.   ce  jeudi 18 septembre 2014   à 15 : 03 : 33

Un forfait jours doit respecter les règles du droit du travail. Ce qu’il faut savoir pour appliquer une convention de forfait dans les meilleures conditions.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme



a

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées



a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !





Les plus populaires
Neuf millions de dollars américains chaque année alloues à la lutte contre le paludisme,(popularité : 38 %)

Rumonge : Plus d’une centaine d’élèves voient leurs notes au concours national annulées,(popularité : 25 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 8 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 5 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 5 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 5 %)

SOS : Six millions de fbu pour sauver la vie d’Edgard,(popularité : 4 %)

Semaine de la Saint Valentin dans l’archidiocèse de Gitega,(popularité : 4 %)

SOS : La vie de James en danger,(popularité : 4 %)

Les 1 er Lauréats en musicologie au Burundi,(popularité : 3 %)