Les revendications des acteurs politiques déboutées




Par: Aubin Niyonkuru , vendredi 19 septembre 2014  à 07 : 40 : 15
a

Le ministre de l’intérieur est on ne peut plus clair : « Ceux qui s’appellent acteurs politiques ne seront pas consultés pour proposer les personnes qui feront partie des Commissions Electorales Provinciales Indépendantes et Commissions Electorales Communales Indépendantes »

A cours d’une conférence de presse de ce jeudi, Edouard Nduwimana a indiqué qu’il n’est même pas autorisé à inviter leurs membres pour la tenue des réunions. Selon le ministre, ces acteurs politiques ne seront reconnus s’ils acceptent d’être indépendants, ou membres des coalitions politiques.

Edouard Nduwimana, citant le point 7 des principes de la Commission Electorale Nationale Indépendante, a annoncé que cette catégorie n’est nulle part reconnue dans les statuts de la Ceni.

« La Ceni s’engage à assurer et garantir la représentation des partis politiques, des coalitions des partis, et des candidats indépendants ainsi que des différentes sensibilités politiques dans la mise en place des Cepi et Ceci, et à établir un mécanisme consultatif inclusif d’observation des élections , et à relever toutes les irrégularités au bon déroulement des élections en vue de leur résolution pacifique », point 7 des principes de la Ceni.

Selon le ministre de l’intérieur, il est donc clair qu’il n’a jamais été question d’acteurs politiques. Quant aux différents documents qu’ont signés ces acteurs politiques comme la feuille de route, le code de bonne conduite, …Edouard Nduwimana affirme que dans l’esprit de leurs principes, ces acteurs politiques se sont engagés à ne plus se réclamer présidents des partis politiques dont ils ont été démis de leur fonctions, ou carrément exclus dans le souci de créer un environnement propice aux élections.

Edouard Nduwimana a expliqué qu’il s’était avéré que ces gens qui se réclamaient illégalement présidents des partis politiques créaient un mauvais environnement propice aux élections. Il a donc précisé que cette catégorie dite « acteurs politiques », n’a qu’à attendre les 2 semaines de la campagne électorale pour rencontrer ses membres.

« Ce n’est pas n’importe qui qui se lève le matin et dit moi je vais dans une telle commune, j’appelle la population, ça c’est du désordre », a dit le ministre de l’intérieur, qui se demande en qualité de qui ils veulent rencontrer la population, si ils ne sont des administrateurs, gouverneurs, ou présidents des organisations reconnues par la loi.

« Mais au moment de la campagne électorale, ils pourront le faire parce qu’ils seront soit des indépendants, soit des membres des coalitions des partis, ou soit ils auront regagné leurs partis politiques d’origine »,a informé le ministre de l’intérieur.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

176 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 6 %)

Transfert temporaire du siège de la CIRGL,(popularité : 3 %)

Lucien Rukevya : Le SNR ne travaille pas tambour battant,(popularité : 3 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri : n’a pas d’ « espoir en la nouvelle équipe » du parti CNDDFDD,(popularité : 2 %)

Pierre Ngendandumwe était patriote ,(popularité : 2 %)

Intrigue autour de l’affaire Rukara ,(popularité : 2 %)

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke,(popularité : 2 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 2 %)