Encore un rebondissement dans le procès Manirumva




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 20 septembre 2014  à 07 : 58 : 09
a

La cour suprême de Bujumbura a reporté sine die le procès de feu Ernest Manirumva parce que Rwasa Salvator, l’un des présumés auteurs dans cet assassinat dans ce meurtre se trouvant à domicile inconnu n’a pas été signifié.

Alors que le procès était attendu ce vendredi à la cour suprême de Bujumbura, une correspondance annonçant le report de ce procès a été affichée après 2 heures de retard par rapport à l’heure à laquelle l’audience publique dudit procès devrait commencer.

Les avocats et la foule venue assister à ce procès se sont précipités pour en lire le contenu. « Pour des raisons indépendantes à la volonté de la cour suprême le procès est reporté », pouvait-on lire sur cette correspondance stipulant en même temps que le motif de ce report est que Rwasa Salvator aujourd’hui en cavale n’a pas été signifié.

Après avoir lu le contenu de cette correspondance, l’assistance a rigolé ironiquement. Leurs rires étaient teintés de cris de douleurs.

« Un jour la justice burundaise dira le droit sur le procès de Feu Ernest Manirumva », a souligné un avocat visiblement blessé dans son for intérieur par le comportement de la cour suprême de Bujumbura qui venait de reporter sine die ce procès.

Pour Me Prosper Niyoyankana, la cour suprême a failli à ses obligations en programmant l’audience publique sans toutefois informer Rwasa Salvator une des parties prenantes au procès même s’il est en cavale.

Difficile selon lui de confirmer si telle est la mauvaise volonté de la justice burundaise de ne entrer dans le fond de l’affaire Ernest Manirumva mais ‘’ c’est quand même choquant de voir le procès reporté pour la 5ème fois’’, a-t-il souligné.

Les informations de coulisse stipulent que la justice burundaise serait en train de chercher à convaincre les présumés auteurs dans ce meurtre pour qu’ils retirent leurs plaintes même si le parquet a requis pour eux une peine à perpétuité.

Un procès à rebondissements en tous cas. La partie civile souligne qu’elle ne désarme pas pour autant.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

439 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 16 %)

Trois leaders de la société civile portent plainte contre Rema FM au CNC,(popularité : 3 %)

Journée mondiale de la liberté de la presse : Une célébration sur fond d’inquiétude ,(popularité : 2 %)

Les femmes juristes s’intéressent aux veuves,(popularité : 2 %)

Le calme semble être revenu à la prison centrale de Gitega,(popularité : 2 %)

Afffaire Manirumva : cinq ans après, Rufyiri dans le colimateur du Ministère public,(popularité : 2 %)

Exécution extrajudiciaire : abus de langage au Burundi,(popularité : 2 %)

Divergences de vue sur la vie du président de l’OLUCOME qui serait en danger ,(popularité : 2 %)

2011, année des violations massives des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

Patrice Mazoya est locataire de cette prison ,(popularité : 2 %)