CNDD-FDD : "L’UE veut s’immiscer dans le fonctionnement de la justice Burundaise ’’




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 21 septembre 2014  à 12 : 27 : 02
a

Le parti au pouvoir estime que le parlement européen veut s’ingérer dans le fonctionnement de la justice burundaise en plaidant pour la libération de Pierre Claver Mbonimpa , le président de l’Aprodh.

Pour le cndd - fdd , les instructeurs en démocratie en occurrence les pays membres de l’Union Européenne, veulent enseigner la démocratie et son contraire.

Dans une conférence de presse qu’il a en effet animée ce samedi à propos de la requête de l’Union Européenne sur des enquêtes indépendantes sur les probables formations militaires des jeunes imbonerakure en République Démocratique du Congo et la libération de Pierre Mbonimpa , le parti au pouvoir s’est inscrit en faux contre ces allégations.

Pour le parti au pouvoir, la demande de libération de Pierre Claver Mbonimpa par cette communauté montre plutôt que les pays européens veulent s’immiscer dans le fonctionnement de la justice, ce que le pouvoir n’est pas prêt à faire.

Le président de ce parti Pascal Nyabenda a aussi souligné que les Nations Unies et la Monusco ont bel et bien confirmé qu’il n’existe pas de militaires burundais et de jeunes burundais en République Démocratique du Congo raison pour laquelle ces enquêtes que l’Union Européenne demande dans le cadre de la sous région n’ont pas raison d’avoir lieu.

Pour le président du CNDD - FDD, le parlement Européen est trop loin et se contente des informations qui ne sont pas vraies.

Le CNDD-FDD s’interroge également pourquoi le parlement européen soit la première organisation à décrier l’environnement politique et sécuritaire prévalant au Burundi au moment où il existe bien d’autres organisations internationales œuvrant à l’intérieur du pays qui n’ont jamais levé le petit doigt pour le critiquer.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

635 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Apollinaire N.   ce  dimanche 21 septembre 2014   à 13 : 23 : 04

Il y a la propagande qui vise à créer un autre ennemi qui menace en permanence la paix, la justice et la sécurité de notre Burundi qui est entrain de tenter de justifier la liberation de Pierre Claver Mbonimpa ainsi que la fausse restriction de nos droits et libertés via les media. Pour ce faire, des agents des services secrets doivent incontestablement infiltrés chez l’ actuel ennemi (UE) pour déclencher les hostilités et pour orienter les actions vers des visées économiques & géopolitiques.Tout ça n’est que de la propagande, il n’y a aucun risque" puisque nous savons bien que ces puissances Europeennes sont organisées et déterminées mais n’ont pas la capacité de faire de notre Burundi un véritable enfer comme IRAQ. NOTRE PAYS EST INDÉPENDANT et a ses propres lois !



Par Olivier NDAYARINZE   ce  dimanche 21 septembre 2014   à 16 : 32 : 40

Pas d’immixtion dans le fonctionnement de la justice burundaise de la part du parlement européen. Cela est un argument devenu malheureusement faible dès lors qu’il est toujours à la bouche des différents défenseurs du régime de bujumbura.

Si l’affaire Mponimba était dans les seules mains de la justice avec toutes les imperfections qui l’ont caractérisées que ce soit au niveau de l’enquête et de l’instruction , il est plus urgent de renvoyer les magistrats qui ont eu un mot sur ce dossier , à quelque niveau ce que ce soit, jusqu’à aujourd’hui, aux auditoires. Ils n’ont rien compris.



Par Stan Siyomana   ce  lundi 22 septembre 2014   à 10 : 42 : 32

@Apollinaire N. : "...NOTRE PAYS EST INDEPENDANT et a ses propres lois..."
Global Competitiveness Report 2014-2015 (du Forum economique mondial, base en Suisse) a conclut que pour l’influence injustifiee/undue influence, le Burundi se classe a une note de 2,0 sur 7 et se classe 139 eme sur 144 pays.
- Quand on a pose la question : "Dans votre pays, A QUEL DEGRE EST-CE QUE LE SYSTEME JUDICIAIRE EST INDEPENDANT de l’influence des membres du Gouvernement, des citoyens et des firmes ?", la note etait de 1,6 sur 7, et ainsi le Burundi s’est classe avant-dernier, soit 143 eme sur 144 pays.
- Quand on a pose la question : "Dans votre pays, a quel niveau est-ce que les hauts fonctionnaires du Gouvernement/government officials manifestent du favoritisme envers les firmes et les individus qui ont des connaissances dans les hauts lieux/well-connected firms and individuals, quand il faut decider sur une politique ou un contrat, la note etait de 2,4 sur 7, et le Burundi s’est classe 121 eme sur 144 pays.
(Voir "Global competitiveness report 2014-2015", Browse the report reader, country/economy profiles, Burundi).
Merci.



Par ROSE HAKIZIMANA   ce  mercredi 24 septembre 2014   à 02 : 56 : 04

IYO TUVUZE KWIKUKIRA ,TUBA TUVUZE KUBAHO NEZA KW ABANYAGIHUGU KWIKUKIRA SI NTWARO YOKWICA,KUTOTEZA ABO MUTAVUGA RUMWE, KUPFUNGA ABANEGUYE CANKE ABAGUHANUYE,CANKE KWIBA KURYA IVYO TUNZE IGIHUGU,NO GUKENESHA ABANYAGIHUGU BAGASIRA BOSE ARI ABASEZI,UKWO NIKWO CNDD FDD YITA KWIKUKIRA
NAYO KUVUGA KO BARYA BANYABURAYA BABAVOGEREYE IVYO NOVYITA KUVUGA IJAMBO UTATEGUYE CANKE KUTAHANUZA
MUMAZE IMYAKA CUMI KU BUTEGETSI MURYA AMAHERA YABO MWITWAJE ABANYAGIHUGU AMA ETAGE MWARUJUJE IMISOZI,ABANYAGIHUGU NABO BASEGA AHO MWAJA KUBUTEGETSI NIBO BATEGETSE KO HABA TRANSITION NONE NGO NTCO BOVUGA,RINDIRA TURABE



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 2 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 2 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 2 %)

L’Union Européenne préoccupée par la situation d’insécurité au Burundi ,(popularité : 2 %)

L’ADC Ikibiri salut le choix du Président Nkurunziza sur les négociations ,(popularité : 2 %)