Gihanga –Bubanza : Des jeunes partent massivement ces derniers jours




Par: Spès-Caritas Kabanyana, correspondante à Bubanza-Cibitoke , lundi 22 septembre 2014  à 18 : 32 : 06
a

Sur la colline de Gihanga –centre en commune Gihanga de la province Bubanza, des jeunes partent massivement ces derniers jours vers des lieux non encore connus, ce qui inquiète les autorités administratives et policières.

Dans une réunion de sécurité tenue au début de ce mois par l’administrateur Léopold Ndayisaba, le chef de poste de la police dans cette commune a avancé un nombre de 18 jeunes partis dans une période de deux mois seulement. Une mise en garde envers ceux qui envisageraient de partir a été lancée.

Il y avait bien des mois que la population de la commune Gihanga parlait des jeunes qui partaient, mais dans la plus grande indifférence surtout chez les parents de ces jeunes qui attendent toujours le retour de leurs enfants dont ils ignorent la résidence actuelle.

« Je ne me souviens plus du jour du départ de mon fils ainé, mais je pense qu’il y a à peu près un mois et quelques jours. Il ne nous a pas avertis ! Nous avons attendu qu’il rentre ce jour-là mais en vain ! Seulement, nous avons appris deux jours après, qu’i lest parti avec d’autres gars du quartier, à la recherche de l’emploi mais nous n’en sommes pas surs », se lamente un parent du quartier dit Ragaza.

Un autre parent du quartier Vyondo déplore le fait que son fils reste introuvable depuis trois mois. Ses petits frères ont seulement annoncé aux parents, tard dans la soirée qu’ils l’ont vu préparer sa petite valise et partir sans un mot.

Lors d’une réunion de sécurité tenue le 11 septembre avec les habitants de Gihanga –centre, Jean Berchmans Nzeyimana, chef de poste de police à Gihanga, a énuméré nominativement 18 jeunes déjà partis.

Il a précisé que les lieux de destination sont douteux et qu’il y en a qui seraient partis à la recherche de l’emploi à Masisi en République Démocratique du Congo, en Ouganda et ailleurs. Mais il y en aurait beaucoup d’autres qui vont se faire enrôler dans les groupes armées selon lui.

Ce numéro 1 de la police dans cette commune les a même mis en garde, « Ils ne vont faire aucun pas en avant ! Nous allons les poursuivre ! Et celui qui sera attrapé sera considéré comme un malfaiteur. Ils vont subir le sort qu’ont subi ceux qui se sont rendus, il y a quelques temps, à Rugazi, à Ruyigi et à Cankuzo ».

Jean Berchmans Nzeyimana, chef de poste de police et Léopold Ndayisaba, administrateur communal ont par après recommandé à tout parent qui sait que son enfant est parti de le déclarer à la police le plus tôt possible et dire aussi sa résidence actuelle, ce qui doit être vérifié par après par les deux autorités.

Un barza d’une boutique communément appelé « bata » a été aussi pointé du doigt par ces deux autorités comme étant un point de rencontre de ces jeunes qui partent. Une mise en garde a été lancée à tous ceux seront attrapés à cet endroit, ou les chômeurs, les désœuvrés et les non-scolarisés se rencontrent tous les jours dans un « ligala » .

Tout a été mis en évidence jeudi le 11/09/2014, au moment ou l’administrateur communal de Gihanga et le chef de poste de la police tenaient une réunion de sécurité envers.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

537 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Kabizi   ce  lundi 22 septembre 2014   à 20 : 10 : 58

Je suis vraiment consterné par le langage de ces administratifs ! Un jeune qui a plus de 18 ans n’a pas besoin de dire à ses parents où il va !
Les autorités n’ont pas de programme pour lutter contre le chômage ! Ils se débrouillent donc pour préparer leur avenir !
Ceux qui sont à Kiliba Ondes ne sont pas inquiétés mais ceux qui vont chercher ce qu’ils vont mettre sous la dent sont menacés.
S’ils ont choisi la mauvaise voie, ils viendront eux aussi avec des armes et une arme= une arme !
Chercher la solution ailleurs sinon le pays va sombrer !



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 45 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 6 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 5 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 5 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 4 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 3 %)

Crise à l’église de pentecôte de Nyanza-Lac, le Ministère de l’intérieur et l’EPBU à couteaux tirés,(popularité : 2 %)

Le Burundi déclare une épidémie de Paludisme,(popularité : 2 %)

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie,(popularité : 2 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 2 %)