Le Burundi risque trop de sa suspension de l’Accord de Cotonou




Par: Aubin Niyonkuru , lundi 22 septembre 2014  à 19 : 43 : 29
a

Signé en 2000, l’Accord de Cotonou établit le principal cadre de coopération économique pour lutter contre la pauvreté dans les pays du tiers monde avec l’intervention accrue de l’Union Européenne, dit le président de la Parcem.

Au cours d’une conférence de presse le matin de ce lundi à Bujumbura, Faustin Ndikumana a aussi souligné que cet Accord constitue un cadre qui offre l’occasion, aux pays Africains, de bénéficier des préférences commerciales par rapport aux exportations qu’ils font en Europe, ça stimule alors l’investissement et l’exportation a-t-il indiqué.

Toutefois, l’adhésion dans cet Accord n’a pas été gratuite selon le président de la Parcem. Faustin Ndikumana a exhibé les conditions posées par l’Union Européenne pour que les pays Africains puissent se prévaloir de cet Accord : « C’est le respect des droits de l’homme, c’est l’Etat de droit, les valeurs démocratiques, la bonne gestion des affaires publiques ».

« … donc un Etat qui ne respecte pas ces principes, un Etat qui tend à devenir un Etat voyou ne devrait pas continuer à bénéficier d’une telle coopération », a dit Faustin Ndikumana.

Avec l’annonce faite jeudi dernier par le Parlement Européen d’une éventuelle suspension du Burundi de cet Accord à cause du non respect des droits humains, le président de la Parcem fait savoir que le Burundi risque de perdre son principal partenaire financier dont l’UE. Il a précisé que l’UE était parmi des rares partenaires qui octroie encore l’appui budgétaire au Burundi.

« Même ce problème de déficit énergétique qui nous hante, l’UE est parmi les grands bailleurs du projet du barrage de Jiji-Murembwe, et à Genève, elle est parmi les 1ers partenaires qui ont promis de débloqué beaucoup de fonds », a-t-il exposé.

Quant aux accusations d’immixtion du Parlement Européen dans les affaires du pays soulevées par certaines autorités ; Faustin Ndikumana rappelle qu’il n’en est pas question puisque l’Accord lui-même donne aux pays donateurs, les prérogatives de suivre dans ces pays signataires, le respect des valeurs démocratiques.

Si le Burundi ne rectifie pas le tir en matière de respect des droits humains, cela risque même de se répercuter sur la coopération bilatérale avec certains des pays de l’UE (France, Belgique, Allemagne, Pays Bas, …), a-t-il avertit.

Pour prévenir de tels risques, le président de la Parcem en appelle au Président de la République de faire siennes toutes les inquiétudes soulevées par le Parlement Européen et surtout celle de l’emprisonnement de P C Mbonimpa.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

391 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par ROSE HAKIZIMANA   ce  mercredi 24 septembre 2014   à 04 : 04 : 02

EREGA BIRUMVIKANA NGO CNDD FDD IBABARE KUKO IVYAYO VYASENZWE KANDI MU KIBANZA CIBIHANO KU MABI BAKOREYE ABARUNDI AHO BARI MW ISHAMBA,BARONSE IMPERA, ARI NACO GITUMA IMANA YABIMYE UBWENGE BWUKUHEBA UMWUGAMUBI WO KWICA NO KWIBA,BAGACA BIGUMIRA MUVYO BARI BARAMENYEREYE NTIBAKENEYE IMPANURO KUKO IYO BABA BEMERA KUHANUGWA NTBIBA BIRI UKUTUBONA



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Burundi : Un budget financé à 84% par son peuple



a

Burundi : La FAO se réjouit de l’augmentation de productivité animale



a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 14 %)

Burundi : La FAO se réjouit de l’augmentation de productivité animale ,(popularité : 11 %)

Burundi : Un budget financé à 84% par son peuple ,(popularité : 7 %)

Les jérémiades des victimes du marché central ,(popularité : 7 %)

Le Burundi désormais le pays le plus pauvre du monde,(popularité : 6 %)

Le café burundais remporte la première place au cup of excellence,(popularité : 6 %)

Gitega : Vers la reprise d’un manque criant du carburant ?,(popularité : 5 %)

Des amarantes amères : un problème de semences ,(popularité : 5 %)

Karusi : Un incendie décime le marché de Bugenyuzi pour la deuxième fois en moins d’une année ,(popularité : 5 %)

Spéculation sur le ciment fabriqué au Burundi ,(popularité : 5 %)