Bujumbura : Le disfonctionnement des services communaux devient préoccupant




Par: Aubin Niyonkuru , mercredi 24 septembre 2014  à 09 : 33 : 54
a

Les demandeurs de certains documents administratifs dans certaines communes du Nord de la capitale de Bujumbura se lamentent du disfonctionnement des services publics. Sur 3 des Communes visitées dans l’avant midi de ce mardi, aucun des administrateurs communaux n’était dans son bureau entre 10h et 11h30’.Il s’agit des communes de Cibitoke, Kinama et Kamenge.

A 10h, au bureau de la commune Cibitoke l’ambiance était relativement calme. Le bureau de l’administrateur, fermé. Mais quelques personnes y passaient juste pour commander certains documents, et les autres pour demander des audiences au près de l’administrateur. Mais l’administrateur ne s’était pas présenté au bureau depuis le matin, avons-nous appris d’un policier affecté à ce bureau. Cette information a été confirmée par un cadre de cette commune. Celui ci disait qu’il a lui aussi essayé de l’appeler mais que son téléphone était injoignable.

A 10h30’, au bureau de la commune Kinama, l’ambiance était plutôt agitée. Devant le bureau de l’administrateur, des gens attendent d’être reçues en audience mais elle n’est pas là. Et pourtant sur la porte d’entée de son bureau, il est mentionné que les audiences sont programmées tous les mardis et jeudis, de 10h à 12h.D’autres étaient venus retirer les documents qu’ils ont commandés. Faute du cachet de l’administrateur et de sa signature, ils sont rentés main vide.

« J’étais venu récupérer ma carte d’identité. Mais l’administrateur n’a pas encore apposé sa signature. Son empêchement ne devrait pas paralyser tous les services », s’est plaint un de ceux qui était sur les lieux. Celui-ci comme les autres semblait ne pas comprendre comment les services publics peuvent être suspendus.

Un autre fil d’attente des demandeurs des cartes d’identités était devant le bureau du Secrétaire communal. Son travail se limite à recevoir les demandes puisque les demandeurs doivent attendre le cachet qui est enfermé dans le bureau de l’administrateur.

A 11h15’, au bureau de la commune Kamenge l’ambiance était similaire à celle qui régnait à Kinama. Ici toujours l’administrateur n’était pas au bureau. L’un des cadres rencontré sur les lieux nous a informés qu’il ne l’avait pas vu depuis le matin et qu’il ignorait où il était.

Contactés à ce propos, les 3 administrateurs ont répondu qu’ils étaient dans des réunions. Celui de la commune Cibitoke a souligné qu’il est passé au bureau de 7h à 8h. Celle de la commune Kinama a fait savoir qu’elle était dans une réunion, et qu’elle devrait participer dans une autre dans l’après midi. Celui de la commune Kamenge, lui aussi a indiqué qu’il était dans une réunion organisée par le Pnud.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

292 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques





Les plus populaires
Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire ,(popularité : 10 %)

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 5 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 5 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 4 %)

Rumonge : les prix de l’huile de palme chutent,(popularité : 4 %)

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout ,(popularité : 4 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 4 %)

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 4 %)

Hôpital de Rumonge : Les patients apprécient différemment les services,(popularité : 4 %)

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika ,(popularité : 4 %)