Le personnel du G.P.S.B reprend le travail




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 26 septembre 2014  à 07 : 33 : 33
a

Après une brève rencontre des représentants du personnel de Global Port Service Burundi avec l’Ombudsman Burundais, ce personnel a décidé de reprendre le travail ce jeudi. Les informations recueillies sur place soulignent que personnel aurait eu peur des éventuelles divisions en cours pour en faire échec.

« Nous avons constaté que certains d’entre nous qui étaient jeunes seraient sur le point de reprendre le travail et nous avons pris la décision d’abandonner la grève après cette rencontre avec l’Ombudsman juste pour en éviter l’échec », c’est le point de vue d’un des membres du syndicat après notre rencontre avec le président du syndicat des travailleurs de Global Port Service Burundi.

Sans toutefois accepter que le personnel de GPSB a cessé cette grève la mort dans l’âme, le président de ce syndicat Ernest Manirakiza a plutôt souligné qu’ils ont abandonné cette grève suite à une rencontre qu’ils ont eue avec l’institution de l’Ombudsman Burundais sur leurs revendications.

Selon effet Ernest Manirakiza, le personnel de ce syndicat s’est convenu avec les responsables de GPSB que Philippe Njoni conseiller à l’institution de l’ombudsman suivra la mise en pratique des points qui ont fait objet de convergence.

Ces points sont entre autre la mise en place du règlement de l’entreprise, du manuel de procédure et des barèmes des salaires du personnel dans un délai raisonnable mais qui n’a pas été précisé selon Ernest Manirakiza.

Ernest Manirakiza a ajouté que les revendications faisant objet de réclamation seront traités par la justice parce le personnel de l’ancien Exploitation du Port de Bujumbura a porté plainte.

Pour le moment, le doute sur un possible renvoi de certains des travailleurs de l’ancien EPB est incontournable selon Ernest Manirakiza.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

247 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 17 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 9 %)

Treize marchés brulés depuis 2001 : Les commerçants se lèvent,(popularité : 5 %)

Le Burundi est- il capable de jouir de sa souveraineté économique ?,(popularité : 5 %)

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 4 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 4 %)

Rumonge : L’huile de palme flambe,(popularité : 4 %)

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs ,(popularité : 4 %)

Le trafic va de mal en pis au port commercial de Rumonge ,(popularité : 4 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 4 %)