Vendredi : Les yeux braqués sur Bujumbura




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 26 septembre 2014  à 07 : 41 : 13
a

Le Tribunal de Grande Instance de la Mairie de Bujumbura se prononcera si Pierre Claver Mbonimpa le président de l’Aprodh devrait comparaitre en justice étant libre suite à son état de santé critique. La commission médicale qui a été mise en place pour dire Pierre-Claver Mbonimpa donnera son avis au parquet ce vendredi. L’un de ses avocats l’a déclaré jeudi dans l’après midi au moment où des critiques contre Bujumbura deviennent davantage acerbes.

Selon en effet Armel Niyongere l’un de ses avocats, la défense a directement envoyé une correspondance au président du Tribunal de Grande Instance de la Mairie de Bujumbura après avoir entendu la décision du dossier qui était en appel il y a de cela près de deux semaines.

Dans ce dossier en appel, le Tribunal de Grande Instance de Bujumbura avait décidé qu’une commission composée de 3 médecins du gouvernement donnerait son avis au parquet pour qu’il décide en conséquence. Le parquet de la Mairie de Bujumbura avait en effet eu jusqu’à 10 jours pour se prononcer sur cette décision.

Dans l’entre temps, ce n’est pas seulement la famille des défenseurs des droits humains au Burundi qui attend la libération provisoire ou non de Pierre Claver Mbonimpa. De l’Union Africaine aux Etats-Unis en passant par l’Union Européenne, tous ces Etats plaident pour que cet homme soit libre.

Barack Obama en plaidant pour que cet homme soit libéré a cité le Burundi parmi les pays qui furent ou encore communistes . Il avait cité Pierre Claver Mbonimpa parmi d’autres défenseurs des droits humains sous les verrous notamment en Chine, au Venezuela, au Cambodge, et bien d’autres.

En raison de la restriction des droits civils et politique, le langage de la diplomatie aurait cessé eu égard aux propos de l’Union Européenne en date du 18 septembre. Elle menace aujourd’hui de suspendre ce pays de la Région des Grands Lacs de l’Accord de Cotonou si ce défenseur des droits humains est encore en prison dans deux mois à compter à partir du 18 septembre. Vendredi c’est en tous cas un jour tellement attendu.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

453 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par vios   ce  vendredi 26 septembre 2014   à 12 : 18 : 59

Rekura uwo mutama mwabagabo mwe ! Ntimurote gupinga naba banyaburayi ntanakabiri mwobamarana kubutegetsi, icibagiwe co ni Obama mwibuke ko ariwe president de la seule super puissance au monde
Votre diplomacie est en panne kandi nimwe mwayishe en nommant des gens batazi na kimwe muri diplomacie mwishimikije militantisme gusa.
Aha mutaravye neza nutwo mwivye ntimuzoturya

Ciao



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU





Les plus populaires
En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza,(popularité : 10 %)

Burundi : Il faut cesser de harceler les avocats et les journalistes ,(popularité : 8 %)

Détenus : Après la grève, le manque de soin est au rendez vous,(popularité : 7 %)

Burundi : Ils restent inculpés mais libres.,(popularité : 6 %)

Muyinga/Arrestation du commissaire Nurweze Michel alias Rwembe,(popularité : 6 %)

Burundi : Dossier putsch, le ministère public interjette appel,(popularité : 6 %)

3 journalistes menacés au Burundi ,(popularité : 6 %)

Dossier Hassan Ruvakuki : Le pouvoir CNDD-FDD oublie vite ,(popularité : 6 %)

Trois leaders de la société civile portent plainte contre Rema FM au CNC,(popularité : 6 %)

Journée mondiale de la liberté de la presse : Une célébration sur fond d’inquiétude ,(popularité : 6 %)