Pas de camps des soldats burundais ou des FNL, dit la Monusco




Par: Désiré Nimubona , jeudi 2 octobre 2014  à 15 : 14 : 22
a

Les rebelles burundais de Forces Nationales de Libération n’ont pas de camps d’entrainement à l’est de la République Démocratique du Congo comme le dit le Porte-parole de la Mission de Stabilisation du Congo, Monusco.

S’exprimant dans une conférence hebdomadaire le 1 octobre 2014, le Colonel Basse dit cependant que la présence des rebelles burundais surtout les FNL n’est pas une nouveauté.

« La présence des rebelles FNL […] dans la province du Sud-Kivu ne date pas d’aujourd’hui. Ces rebelles FNL sont traqués jour et nuit par les Forces armées de la République démocratique du Congo. Donc, je ne pense pas que ces rebelles FNL aient un camp où ils s’entraîneraient » a-t-il dit.

Le manque de camps d’entrainement militaire ne signifie pas absence totale de ces éléments.

Le Colonel Basse souligne que depuis un certain temps, les FNL en tant que « rebelles » (…) « opèrent le long de la frontière entre le Burundi et le Congo".

Mais, ici, des patrouilles conjointes ont suffi pour sécuriser cette frontière (entre le Burundi et la RDC), une frontière « poreuse » selon les dires de la Monusco.

« Des patrouilles conjointes ont été menées à plusieurs reprises en vue de mieux verrouiller cette franche frontière, qui est assez poreuse, pour ramener la paix dans cette zone qui est soumise à toutes ces activités négatives des FNL »

Entre le colonel Félix Prosper Basse, porte-parole de la Monusco a nié la présence des soldats burundais à l’est de la République Démocratique du Congo.

Entre mai et juin cette année, la Monusco dit avoir descendu à maintes reprises dans les environs de Kiliba et Uvira sans trouver une seule trace de la présence des soldats burundais.

Au début de cette année, Radio Okapi avait raconté la présence d’un camp des FNL au sud Kivu, citant des populations locales.

« Des rebelles burundais du FNL violent, pillent, enlèvent et extorquent les populations des localités de Mushule, Kagogo et Manana, surplombant la cité d’Uvira au Sud-Kivu » Radio Okapi gérée par la Minusco avait alerté.

« Des acteurs humanitaires ont affirmé, mardi 21 janvier (2014, Ndlr) que ces rebelles se réorganisent dans ces cités où ils ont installé des camps depuis le début du mois de janvier » avait écrit le reporter de Radio Okapi au début de cette année.

L’armée régulière congolaise (FARDC) a lancé des opérations militaires contre ces combattants burundais du FNL en décembre 2013 selon Okapi.

Dans leur fuite, les rebelles étaient obligés de se diriger vers les hauts plateaux d’Itombwe et vers les moyens plateaux de Mushule et Kagogo, avait commenté cette radio de la Monusco.

En septembre 2014, des FNL avaient été signalés au sud de Kiliba Ondes, et leur rassemblement avait causé une fuite de plus de 2000 familles craignant pour leur sécurité.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

607 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 34 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 7 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 4 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 3 %)

Un membre du conseil communal de Ruyigi tuée,(popularité : 3 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 3 %)

Inde : Des jeunes étudiants burundais en prison sur fond de bagarre ,(popularité : 2 %)

Crise à l’église de pentecôte de Nyanza-Lac, le Ministère de l’intérieur et l’EPBU à couteaux tirés,(popularité : 2 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 2 %)

Ce dimanche la presse Burundaise se joint à Charlie Hebdo,(popularité : 2 %)