Kirundo : Un mobilisateur du Frodebu-Nyakuri à Bwambarangwe arrêté




Par: Dieudonné Nzeyimana , vendredi 3 octobre 2014  à 07 : 31 : 27
a

Minani Antoine, chargé de la mobilisation du Parti FRODEBU Nyakuri en commune Bwambarangwe, a passé la nuit du mercredi au jeudi dans le cachot de la commune Bwambarangwe. Il a été arreté par l’administration locale de la colline Buhevyi l’accusant de critiquer négativement le programme d’école fondamentale.

Cette arrestation est taxée d’arbitraire par M .Paul Nduwimana représentant le FRODEBU Nyakuri en commune Bwambarangwe. Pour ce leader, l’homme arrêté a été malmemé suite à son opinion sur la mise en application de la politique d’école fondamentale.

La population assistant impuissamment au dysfonctionnement de ce nouveau système a demandé à ce mobilisateur l’alternative offerte par ce parti. Pour les frodebustes, c’est normal qu’un politicien donne son avis.

D’après le même représentant du Frodebu à Bwambarangwe, à la veille des élections, c’est logique que des administrés soulevent des inquiétudes quant à certains programmes mal exécutés.

Pour l’école fondamentale, la population s’inquiète de l’insuffisance d’enseignants, de salles de classes non encore achevées, du matériel scolaire insuffisant…

Pour M. Nduwimana, le Frodebu nyakuri n’est pas contre l’école fondamentale, ce parti propose plutôt l’amélioration.

Rappeler à la raison les incitateurs à la révolte

Jean Marie Muhirwa, administrateur de la commune Bwambarangwe, parle d’un rappel à l’ordre. Cet administrateur condamne l’attitude du mobilisateur du Frodebu nyakuri. Au lieu de soutenir l’action gouvernementale en matière d’éducation, l’homme arreté inciterait la population au rejet de l’école d’après cet administrateur.

Celui-ci indique tout de meme que cette arrestation n’est pas synonyme de punition mais d’un rappel à l’ordre . Et d’ajouter que l’homme en détention pourrait etre relaché aussitôt après lui avoir prodigué des conseils.

Pour les militants de certains partis d’opposition à Bwambarangwe, cette attitude de l’administration reflète l’intolérance politique.

Comment comprendre qu’on soit conduit au cashot juste pour avoir preté oreille à ses militants ? Qui est en droit de procéder à une arrestation ? S’agit-il d’une censure des propos des acteurs politiques appelés à répondre aux préoccupations de la population ? Voilà une série de questions aux lèvres des leaders politiques à Bwambarangwe suite à cette arrestation du mobilisateur du FRODEBU Nyakuri.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

265 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU





Les plus populaires
En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza,(popularité : 14 %)

Des arrestations en zone Kinindo,(popularité : 11 %)

Congo : Un an près leur assassinat, toujours pas de justice selon HRW ,(popularité : 9 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 9 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 7 %)

Burundi : La Commission National International de Droit de l’Homme qualifie de partial le rapport onusien ,(popularité : 7 %)

Suspension en cascade de certains médias par le CNC au Burundi ,(popularité : 7 %)

Burundi : CNIDH perd les points ,(popularité : 7 %)

L’Olucome menacée de suspension, alerte Gabriel Rufyiri,(popularité : 7 %)

Vendredi vert pourrait s’étendre en faveur des autres prisonniers ,(popularité : 7 %)