Muyinga : Une piste dans l’enquête sur les cadavres repechés sur le Rweru




Par: Dieudonné Nzeyimana , vendredi 3 octobre 2014  à 07 : 00 : 00
a

Deux personnes se trouvent incarcérées dans la prison centrale de Muyinga, apprend-t-on de sources policières. Zainabu Yankurije d’origine rwandaise et son mari Asman Nubahe sont détenus à la prison centrale de Muyinga depuis le 26 septembre 2014. Ils sont poursuivis pour atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat.

Certains des proches de la famille crient à l’injustice. Ils disent qu’ils ont été arrêtés pour simples soupçons dans le cadre des enquêtes sur les corps sans vie récemment découverts dans le lac Rweru en commune de Giteranyi.

Une visite porteuse de malheur

A l’origine de cet emprisonnement, une visite d’un Rwandais mi- septembre chez le dit couple. Le visiteur en retournant au Rwanda a emprunté le lac Rweru. Avant d’embarquer dans la pirogue, il aurait photographié le site où ont été enterrés les quatre corps sans vie repêchés dans le lac Rweru en août dernier.

Arrivé au Rwanda, le visiteur en question aurait été acceuilli par des militaires rwandais avec des salutations d’honneur à l’endroit d’un chef militaire supérieur. Des témoignages des pêcheurs du lac Rweru ont ainsi fait croire aux instances judiciaires d’un passage d’un espion.

Dans la famille des deux détenus, il s’agit d’un emprisonnement injuste ; le visiteur cité ayant été accueilli comme simple membre de la famille. Elle affirme par ailleurs que cette visite avait été effectuée dans les normes en respectant la législation en vigueur dans les deux pays concernant la circulation des personnes.

Le parquet enquête

Au parquet de Muyinga, on affirme que ces arrestations ont été opérées en vue de mener des enquêtes sérieuses sur les mobiles de la prise des photos sur ledit site.

Des informations reccueillies auprès de ce parquet rappellent que jusqu’ici, un dossier pénal a été ouvert sur le dossier des cadavres découverts dans le lac Rweru. Pas de suspects, les enquêtes sont plutôt au point mort. Le parquet n’a d’autre repère que le constat fait par l’OPJ de Giteranyi le jour de l’inhumation des quatre corps sans vie par l’administration burundaise.

Les défenseurs des droits humains au Burundi comme à l’étranger réclament une enquete indépendante à cet effet. Le gouvernement du Burundi, par la voix de son porte parole, en appelle à l’aide des experts internationaux. Celà permettra d’établir la vérité sur l’origine de ces corps jétés dans le lac emballés dans des sacs.

Des pécheurs dans le lac Rweru ont toujours affirmés que ces corps viendraient du Rwanda par la rivière Kagera et révèlent avoir dénombré une quarantaine.

Des enquêtes sérieuses s’imposent dans les brefs délais d’après les mêmes pêcheurs. Ces derniers jours, on signale des tentatives de vol de ces cadavres.Il y a une semaine, une tente et une pèle ont été saisies par les pecheurs à coté des tombes.

Les habitants des localités proches du lac Rweru en commune Giteranyi sont inqiets.Une peur panique s’est installée chez cette population après un vol de reconnaissance fait sur ce site par un avion qui serait venu du Rwanda ce lundi après midi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

409 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Patrice Mazoya est locataire de cette prison ,(popularité : 3 %)

Un membre du MSD sorti de l’hôpital et conduit en prison,(popularité : 2 %)

La vérité sur plus de 400 personnes massacrées à Kivyuka en 1996 reste mystérieuse,(popularité : 2 %)

Tanzanie : Sinduhije détenu atrocement, déplore Me Maingain,(popularité : 2 %)

L’Olucome dénonce les scandales de curruption à travers le pays,(popularité : 2 %)

Le BNUB salut la commission d’enquête sur les exécutions extrajudiciaires,(popularité : 2 %)

Primée pour son implication dans la défense de droits de l’homme,(popularité : 2 %)

HRW interdit de publier son rapport sur le Burundi, l’ONU s’inquiète ,(popularité : 2 %)

Libération provisoire sur cautionnement ,(popularité : 2 %)

Projet de loi sur la presse : HRW demande au Président l’abstention à la promulgation,(popularité : 2 %)