Le principe de célérité violé




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 3 octobre 2014  à 20 : 33 : 05
a

La société civile burundaise déplore que la cour administrative de Bujumbura n’ait pas besoin de prononcer le verdict le plus vite possible dans le procès l’opposant à la Mairie de Bujumbura.

L’audience publique de ce vendredi à la cour d’appel de Bujumbura a duré de près de 10 minutes. Les organisations de la société civile regroupées au sein du Forum pour le Renforcement de la Société Civile avaient répondu en audience publique à propos d’une plainte qu’elles ont déposée suite à une manifestation en faveur de la libération de Pierre Claver Mbonimpa en date du 16 juin 2014 que la Mairie avait refusée.

Pour une deuxième audience publique, l’avocat de la Mairie de Bujumbura a déposé d’autres répliques à la cour administrative. Il a dit que la Mairie de Bujumbura avait besoin d’un avocat du gouvernement pour l’aider à plaider non coupable puisque la société civile avait fait recours hiérarchique lorsque cette manifestation leur a été refusée. « C’est de notre droit », a souligné Me Hervé Barutwanayo.

De sa part, l’avocat de la société civile burundaise dans ce procès a parlé plutôt d’un manque de volonté de la cour administrative pour une issue de ce procès. Selon Me Janvier Bigirimana, les procès sur les manifestations pacifiques rentrent dans la catégorie de célérité. Il a dit que la justice burundaise ne veut pas que le procès prenne fin.

De sa part le siège a refusé d’entrer dans le fond de l’affaire sous prétexte qu’il venait de recevoir des répliques au moment même. « La cour administrative de Bujumbura ne dit pas le droit en reportant le procès au 7 novembre », a-t-il souligné.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

294 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Burundi : Des condoléances suite à la mort de l’ancien « terroriste », et médiateur Nelson Mandela ,(popularité : 6 %)

QPN : Les élections présidentielles se sont déroulées « dans le calme et dans la transparence »,(popularité : 4 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 4 %)

L’Est de la RDC, fief des opposants et des pros du pouvoir de Bujumbura ,(popularité : 4 %)

Quelle est la racine du mal pour l’Uprona ?,(popularité : 4 %)

‘’ L’appel des leaders politiques en exil au retour au pays est une intrigue’’,(popularité : 4 %)

Peut–on parler de campagne électorale ?,(popularité : 4 %)

Le frodebu demande au président Nkurunziza de sortir de son silence ,(popularité : 4 %)

Moïse Bucumi a eu raison sur la chambre basse,(popularité : 4 %)

Les ASBL acculées à donner des rapports financiers et administratifs,(popularité : 4 %)