Des délégations attendues à Marrakech pour le Forum africain pour le développement organisé par la CEA




Par: Isanganiro , mercredi 8 octobre 2014  à 07 : 33 : 22
a

Source : African Media Agency (AMA)

ADDIS-ABEBA, Ethiopie, 7 Octobre 2014, -/African Media Agency (AMA)/- Marrakech accueillera un certain nombre de dirigeants africains dans le cadre du Forum africain pour le développement. Le Forum a lieu tous les deux ans et est organisé par la Commission économique pour l’Afrique (CEA), le centre de réflexion sur les politiques le plus important de l’Afrique.

C’est la première fois que l’évènement a lieu en dehors d’Addis-Abeba, en Éthiopie, où se trouve le siège de la CEA et cette année, le 9ème Forum africain pour le développement se concentre sur les moyens novateurs de financer la transformation de l’Afrique.

Depuis la fin des années 90, de nombreuses économies africaines ont considérablement prospéré, et un certain nombre de pays continuent de bénéficier de ces taux de croissance accrus. Entre 1995 et 2012, le produit intérieur brut (PIB) du continent a doublé en termes réels, de 656 milliards de dollars à 1369, alors que le PIB par habitant a augmenté de 40 pour cent, passant de 917 dollars à 1265. Aussi impressionnant que ces chiffres sont, un certain nombre de défis continuent d’entraver la transformation de l’Afrique, le principal étant que l’Afrique soit encore tributaire de l’aide étrangère.

Selon les rapports et les conclusions de la CEA, l’Afrique a besoin d’environ 200 milliards de dollars par an pour parvenir à un développement durable, promouvoir les mesures d’adaptation aux changements climatiques et d’atténuation de leurs effets, et renforcer la résilience économique et la compétitivité. Seuls les besoins en infrastructures de l’Afrique sont estimés à quelque 90 milliards de dollars par an. Les coûts de préservation des ressources naturelles de l’Afrique, qui continuent de soutenir les croissances les plus fortes dans le continent, augmentent également.

Selon Carlos Lopes, Secrétaire exécutif de la CEA, les pays africains peuvent lever des fonds : « Pour que les pays en développement accèdent aux fonds dont ils ont besoin, ils doivent s’efforcer de mobiliser des ressources financières supplémentaires, y compris par l’accès aux marchés financiers, tandis que les pays développés doivent honorer les engagements financiers pris dans les forums internationaux. Le continent doit entreprendre des réformes pour saisir les ressources actuellement inexplorées ou mal gérées. Cela comprend réduire les flux financiers illicites et transformer plutôt ces fonds en un outil puissant pour améliorer la mobilisation des ressources nationales, comme un moyen de favoriser le développement du continent.

Entre temps, S.E. M. Anis Birou, Ministre chargé des Marocains résidant à l’étranger et des affaires migratoires, Dr Esman M. Nyamongo du Département des recherches, de la Banque centrale du Kenya, Mme Faiza Feki, Directeur général de Foreign Exchange, de la Banque centrale de Tunisie, Mme Aida Diarra, Vice-Président régional pour l’Afrique du Nord, centrale et de l’Ouest de Western Union et M. Abdellatif Jouahri, Gouverneur de la Banque centrale du Maroc, examineront comment les pays africains peuvent lever des fonds par le biais d’envois de fonds et d’obligations de la diaspora.

La bonne nouvelle est que le potentiel de l’Afrique de lever beaucoup plus de ressources financières nationales - et de financer son développement à partir de ces ressources - est énorme. Des résultats concrets sont à portée de main, même dans un court délai, si les innovations et le soutien appropriés sont mis en place.
Abdalla Hamdock, Secrétaire exécutif adjoint de la CEA dit : « Les recettes fiscales du gouvernement constituent la source la plus importante des ressources nationales pour la mise en œuvre des programmes de développement sur le continent et il existe un potentiel important pour intensifier les rendements. La leçon à tirer des expériences des pays est que, en mettant l’accent sur l’élargissement de l’assiette fiscale, l’amélioration de l’administration fiscale et l’exploitation des sources relativement sous-utilisées de la fiscalité, les pays africains peuvent augmenter les recettes fiscales de manière significative ».

Les recettes fiscales intérieures mobilisées sur le continent, aujourd’hui, atteignent plus de 520 milliards de dollars (chiffres de 2011), par rapport aux 50 milliards de dollars reçus en aide. De plus, les banques centrales et réserves africaines détiennent plus de 400 milliards de dollars de réserves internationales et les actifs des fonds de pension de l’Afrique se développent à un rythme effréné. La Banque mondiale estime que les envois de fonds de la diaspora africaine ont atteint 40 milliards de dollars en 2012 et pourraient croître à 200 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie. À cela s’ajoute ce que le continent pourrait récupérer avec les pertes subies par les flux financiers illicites.

Cependant, pour que l’Afrique s’approprie son développement, le continent a besoin de définir un nouveau seuil et solide pour la mobilisation des ressources nationales qui permettront la mise en œuvre d’au moins 70-80% de ses programmes et projets de développement. Le Forum examinera comment y parvenir.

Le Forum ADF est un évènement biennal phare de la Commission économique pour l’Afrique, et offre une plate-forme aux nombreuses parties prenantes pour débattre et définir des stratégies concrètes pour le développement de l’Afrique.

Le Forum est organisé en collaboration avec la Commission de l’Union africaine, la Banque africaine de développement et d’autres partenaires clés en vue d’établir un programme de développement de l’Afrique propre à elle qui reflète un consensus et mène à des programmes spécifiques pour sa mise en œuvre.

Le thème de cette année, « Financements novateurs pour la transformation de l’Afrique » est axé autour des sujets tels que la mobilisation des ressources nationales, les mouvements financiers illicites, les capitaux privés, les nouvelles formes de partenariats et les questions de financement contre le changement climatique.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

527 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Qui est le nouvel homme « fort » de l’Afrique du Sud ?



a

« Zimbabwe de Mugabe : De la libération à la misère ».



a

Le 25 mai, pour la mémoire des grands leaders africains



a

« Le terrorisme ne pourra pas plier l’Egypte, il le renforce », dit Amb. A.B Arafa Radwan



a

USA : Donald Trump, élu 45ème Président des USA



a

Les journalistes somaliens lancent leur syndicat après des années sous le joug des insurges



a

Les insurgés somaliens ne contrôlent que moins de 20% du territoire du pays



a

L’avenir de l’Afrique est aux mains des Africains, dit Desalegn



a

Football : le Suisse Gianni Infantino élu président de la Fifa



a

Foot mercato : L’actualité des transferts





Les plus populaires
Qui est le nouvel homme « fort » de l’Afrique du Sud ?,(popularité : 3 %)

Francophonie : RDC a touché le talon d’Achille ,(popularité : 3 %)

Sommet de l’Élysée : le président de la BAD plaide pour un financement innovant du développement,(popularité : 3 %)

Le Burundi nomme son tout premier Ambassadeur aux Seychelles ,(popularité : 2 %)

Commémoration du génocide rwandais : Didier Reynders n’est pas invité,(popularité : 2 %)

Rappel sur les attentats de janvier 2015 en France dont celui de Charlie Hebdo,(popularité : 2 %)

Un cinquième Ballon d’Or pour Lionel Messi ,(popularité : 2 %)

Affaire Yannick Nihangaza : Une équipe de trois policiers en route vers l’Australie …. ,(popularité : 2 %)

La mort du leader des Al Shebab confirmée ,(popularité : 2 %)

Bosco Ntaganda est accusé de 13 chefs de crimes de guerre et de 5 chefs de crimes contre l’humanité,(popularité : 2 %)