2015 : Les politiques n’ont pas confiance




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 10 octobre 2014  à 07 : 24 : 43
a

La crise de confiance envers les membres de la CENI et la restriction des libertés civiles et politiques sont certaines des entraves pour la réussite des élections de 2015. Les présidents des partis politiques et les acteurs de la société civile l’ont déclaré ce jeune lors d’un café politique qui avait été organisé par l’association Initiative et Changement autour des défis liées aux élections prévues en 2015 au Burundi.

Au cours de cette rencontre, ils ont souligné qu’il ya entre autres la Commission Electorale Nationale Indépendante qui pour le moment ne fait pas objet de consensus.

Pour ces politiques, certainement que les élections peuvent être contestées en 2015 car cette instance qui est pourtant d’importance fondamentale pour refléter la crédibilité desdites est loin de faire l’unanimité. « La CENI doit faire objet de consensus préalablement et son travail en dépend » a souligné le professeur Julien Nimubona.

Ils ont déploré la non reconnaissance des droits pour les membres de l’opposition politique de prendre part à des réunions des partis politiques alors que cela est pourtant consacréés par la constitution. Pour ces partis politiques de l’opposition comme pour la société civile, le pouvoir veut se choisir une opposition de faciès.

« Rwasa avait derrière 61 membres sur les 64 qui composent le bureau politique. Nditije de l’Uprona a gagné le procès de la cour suprême. Bujumbura a refusé de les reconnaitre à la tête de leurs partis respectifs même si ils ont toujours derrière des membres » a déploré le leader du FNL non reconnu pour ce parti par le gouvernement.

Pour la plupart des participants, le grand défi pour le Burundi est le non respect de la parole donnée. Ils estiment qu’aujourd’hui les politiciens désignés sous le concept d’’’Acteurs politiques’’ sont victimes d’un manque de culture démocratique qui s’enracine dans ce pays. Pour ces participants la formation militaire des jeunes burundais en République Démocratique du Congo est aussi un mauvais présage pour le Burundi.

Pour le porte parole du CNDD FDD, la CENI ne devrait faire objet de contestation puisqu’elle n’a rien commis d’erreur jusqu’à présent. Onésime Nduwimana indique que les noms de ces personnes avaient pourtant été choisie s par l’opposition politique en 201.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

346 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

Transfert temporaire du siège de la CIRGL,(popularité : 3 %)

Lucien Rukevya : Le SNR ne travaille pas tambour battant,(popularité : 3 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri : n’a pas d’ « espoir en la nouvelle équipe » du parti CNDDFDD,(popularité : 2 %)

Pierre Ngendandumwe était patriote ,(popularité : 2 %)

Intrigue autour de l’affaire Rukara ,(popularité : 2 %)

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke,(popularité : 2 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 2 %)