Les recteurs des universités privées contre la grève




Par: Aubin Niyonkuru , vendredi 10 octobre 2014  à 18 : 35 : 19
a

Les étudiants des universités privées ne devraient pas continuer le mouvement de grève à l’instar des universités publiques parce que la valeur du diplôme de baccalauréat administrative a été acceptée verbalement par le gouvernement.

C’est en substance la position des recteurs des universités privées ce vendredi lors d’une rencontre du ministre de tutelle avec les étudiants des universités privées autour de la valeur administrative des diplômes de baccalauréat qui a poussé les étudiants à la grève .

Au cours de cette rencontre, le ministre Joseph Butore a souligné que d’emblée la valeur administrative des diplômes de baccalauréat ne devrait pas du tout constituer une préoccupation du fait que les concernés ne les ont pas encore eu accès même s’ils sont en mouvement de grève. Cependant, une commission a été mise en place par le ministère de tutelle pour évaluer les aspects d’ordre académiques selon Joseph Butore .

Le ministre n’a pas cependant précisé si les diplômes de baccalauréat auront la même valeur académique que celle des licences qui étaient en vigueur ces dernières années sur le marché de travail. « C’est la question qui sera précisée par la commission », a souligné le ministre Joseph Butore.

Pour les recteurs des universités privées leurs étudiants ne devraient pas continuer ce mouvement de grève parce que leurs universités ne sont pas par ailleurs subventionnées à l’instar des universités publiques.

La question qui aura retenue l’attention des étudiants concerne la valeur des diplômes des étudiants ayant fréquenté les instituts postes secondaires professionnels pendant 2 à 3 ans.

« Si nous avons eu fait de 180 crédits à l’instar des étudiants de baccalauréat qu’est ce qui nous empêcherait d’avoir accès à un diplôme de licence ? » ont-ils encore une fois déploré. Pour le ministre Joseph Butore cette question sera analysée par des commissions techniques avec le temps.

Pour l’instant, il est difficile de savoir si les étudiants des universités privées vont reprendre les cours.Il reste à savoir qu’ils vont converger sur la préoccupation de leurs recteurs.

Visiblement, les séances d’explications du projet sur la délivrance de la valeur administrative des diplômes pourraient avoir un impact surtout ce lundi prochain. Les étudiants vont-ils regagner les auditoires ? Voilà la question.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

406 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthores, indicateur d’une forte croissance



a

Rumonge : les prix de l’huile de palme chutent



a

Bubanza : les habitants de Gihanga craignent d’attraper l’Ebola



a

Muhuta : Plus de 100 enseignants payés par les parents d’élèves





Les plus populaires
Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 8 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 8 %)

Kayanza : Gatara, la commune plus peuplée,(popularité : 5 %)

Bientôt une année après l’incendie du marché central , leur douleur est loin d’être cicatrisée,(popularité : 5 %)

Rumonge : Les enseignants redéployés s’interrogent de l’avenir de leurs familles ,(popularité : 4 %)

Bujumbura : 11 employés de la Librairie Saint Paul en conflit avec la direction,(popularité : 4 %)

Le gouvernement américain soutient la réinstallation des réfugiés congolais,(popularité : 4 %)

Burundi : Le redéploiement des enseignants : Même la gardienne touchée à Musaga I,(popularité : 3 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 3 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 3 %)