Les recteurs des universités privées contre la grève




Par: Aubin Niyonkuru , vendredi 10 octobre 2014  à 18 : 35 : 19
a

Les étudiants des universités privées ne devraient pas continuer le mouvement de grève à l’instar des universités publiques parce que la valeur du diplôme de baccalauréat administrative a été acceptée verbalement par le gouvernement.

C’est en substance la position des recteurs des universités privées ce vendredi lors d’une rencontre du ministre de tutelle avec les étudiants des universités privées autour de la valeur administrative des diplômes de baccalauréat qui a poussé les étudiants à la grève .

Au cours de cette rencontre, le ministre Joseph Butore a souligné que d’emblée la valeur administrative des diplômes de baccalauréat ne devrait pas du tout constituer une préoccupation du fait que les concernés ne les ont pas encore eu accès même s’ils sont en mouvement de grève. Cependant, une commission a été mise en place par le ministère de tutelle pour évaluer les aspects d’ordre académiques selon Joseph Butore .

Le ministre n’a pas cependant précisé si les diplômes de baccalauréat auront la même valeur académique que celle des licences qui étaient en vigueur ces dernières années sur le marché de travail. « C’est la question qui sera précisée par la commission », a souligné le ministre Joseph Butore.

Pour les recteurs des universités privées leurs étudiants ne devraient pas continuer ce mouvement de grève parce que leurs universités ne sont pas par ailleurs subventionnées à l’instar des universités publiques.

La question qui aura retenue l’attention des étudiants concerne la valeur des diplômes des étudiants ayant fréquenté les instituts postes secondaires professionnels pendant 2 à 3 ans.

« Si nous avons eu fait de 180 crédits à l’instar des étudiants de baccalauréat qu’est ce qui nous empêcherait d’avoir accès à un diplôme de licence ? » ont-ils encore une fois déploré. Pour le ministre Joseph Butore cette question sera analysée par des commissions techniques avec le temps.

Pour l’instant, il est difficile de savoir si les étudiants des universités privées vont reprendre les cours.Il reste à savoir qu’ils vont converger sur la préoccupation de leurs recteurs.

Visiblement, les séances d’explications du projet sur la délivrance de la valeur administrative des diplômes pourraient avoir un impact surtout ce lundi prochain. Les étudiants vont-ils regagner les auditoires ? Voilà la question.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

428 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 11 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 11 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 11 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 11 %)

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille,(popularité : 10 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 10 %)

EDUCATION/Pas de désœuvrement dans les classes de 9 ème à kabezi,(popularité : 10 %)

Pose de la première pierre du bâtiment de la présidence par le numéro un burundais,(popularité : 10 %)

Père Noel donne la joie aux touts petits,(popularité : 10 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 10 %)