Gatumba : Son fidèle assassiné




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 14 octobre 2014  à 17 : 20 : 29
a

Un membre du FNL a été assassiné dans la nuit de ce lundi dans la zone Gatumba de la province de Bujumbura. Trois personnes non encore identifiées ont été les auteurs du meurtre. La population de la localité doute que des mobiles politiques seraient derrière cet assassinat.

Dans cette localité de Gatumba vers midi de ce mardi, la population s’était de la localité s’était donné rendez- vous dans la maison de la victime. Elle récitait des chants funèbres pour supporter la douleur de cet homme qui était propriétaire d’un restaurant sur place à Gatumba . Ils disaient que cet homme leur donnait même à manger parfois sans sou juste pour témoigner de l’humanité de son cœur.

La femme qui était avec lui lors de cet incident a été incapable de réciter ce qu’elle a qualifié de lundi noir pour elle à nos yeux. Niyonzima Caritas qui, lors de cet incident était à près d’une centaine de mètres de lui, a indiqué que ce membre du FNL était attendu tout près de son domicile, soit à moins de 300 mètres au moment où il rentrait chez lui vers 21 heures.

Deux hommes l’attendaient en effet tout près de sa maison et un autre muni d’un appareil de téléphone a tiré sur lui au niveau de la gorge.

Les sources en provenance de Gatumba indiquent que ces hommes qui étaient tous habillés en noir ont directement pris le large vers une direction jusqu’ici inconnue. Après plus d’une dizaine de minutes d’agonie, la victime est morte.

Les autorités administratives et policières se sont rendues sur le lieu du crime le matin de ce mardi, mais sans rien dire ni promettre.

La ligue Iteka dans cette province de Bujumbura estime que ce crime est de mobile politique. Elle s’inquiète des enquêtes qui n’ont pas abouti à quelque chose de substantiel dans la fraicheur des faits.

Agathon Rwasa reconnait effectivement que Déo Barakekenwa était un membre du FNL et qu’il est le deuxième à mourir dans des circonstances similaires dans la localité.

Par rapport aux enquêtes, ce leader historiques des FNL n’attend rien de celles-ci puisqu’il estime que la justice est sous le joug de l’exécutif au Burundi.

Depuis mars de cette année, la population de Gatumba indique que des crimes pareils ont été consommés mais les enquêtes n’ont jamais connu d’issue.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

513 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par kirimwabagabo   ce  mardi 14 octobre 2014   à 20 : 16 : 19

Mutama ihorere Nkurunziza tumurindiriye I Cape Town maze tuze tumubaze neza aho abacu ariko arabashira.



Par james we   ce  mercredi 15 octobre 2014   à 06 : 24 : 12

RWASA IBINTU VYAKUNANIYE IGIHE UTEREYE AMATORA UKIRUKA HARYA WEREKANYE INTEGE NKE/FAIBLESSE CANKE WEAKNESS IN POLITICS.
IYO UGUMA MUGIHUGU WEWE N’ABAWE MUBA MUHAGAZE NEZA NONE BARI GUTURATUZWA NK’IMISWI ITAGIRA NYINA KU
BWAWE.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 35 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 7 %)

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens ,(popularité : 5 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 3 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 3 %)

Crise à l’église de pentecôte de Nyanza-Lac, le Ministère de l’intérieur et l’EPBU à couteaux tirés,(popularité : 2 %)

Le Burundi déclare une épidémie de Paludisme,(popularité : 2 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 2 %)

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie,(popularité : 2 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 2 %)