Ebola : le Burundi s’active




Par: Bernard Bankukira , vendredi 17 octobre 2014  à 12 : 46 : 37
a

Le Burundi est au pied d’œuvre pour sécuriser le pays contre le virus mortel d’Ebola qui sévit dans plusieurs pays africains.

S’exprimant sur la Radio Isanganiro ce vendredi, Docteur Liboire Ngirigi, Directeur général au sein du ministère burundais de la Santé a indiqué que la priorité a été la sécurisation de l’aéroport international de Bujumbura qui est beaucoup fréquenté par des visiteurs venant de plusieurs coins du monde par avion, y compris les pays de l’Afrique occidentale où ce virus fait rage à grande échelle.

« Nous avons consenti des efforts énormes à cet endroit-là. Une équipe médicale spéciale y est déjà affectée pour travailler 24/24, faisant du screening pour détecter d’éventuels malades pouvant entrer dans le pays », a-t-il dit.

Dr. Ngirigi a également souligné que le ministère de la santé vient de réceptionner un appui matériel de la part de l’Organisation Mondiale de la Santé composé de thermoflashes, des thermomètres pour mesurer la température sans toucher la personne, ainsi que d’autres kits de protection individuelle pour le personnel sanitaire en charge des cette opération.

Il a précisé que le ministère à déjà identifié 23 points au niveau des postes frontières terrestres avec la RDC, la Tanzanie et le Rwanda.

« Cinq équipes sont déjà envoyées au niveau de ces postes frontières pour distribuer le matériel reçu et octroyer une formation sur son usage au personnel médical déjà déployé », a ajouté Dr. Ngirigi.

Au niveau des hôpitaux et centres de santé burundais, beaucoup reste à faire jusqu’alors.

Alors que les autorités sanitaires annoncent l’existence de sites d’isolement des cas suspects d’Ebola et de traitement des malades de cette épidémie, il est encore difficile de savoir où ils se trouvent exactement.

Contactée à ce sujet, la directrice de soins à l’hôpital Prince Régent Charles de Bujumbura affirme que l’endroit où pourraient être mis en isolement les cas suspects est déjà aménagé sans toutefois préciser le lieu. Des employés de cette structure de soins indiquent ne plus savoir le lieu exact d’isolement.

A l’hôpital Roi Khaled, une dizaine d’employés interrogés ont déclaré avoir appris que le centre de traitement de l’épidémie d’Ebola y serait implanté sans aucune autre précision.

Au début de cette semaine, le ministère de la santé avait annoncé que deux sites seraient aménagés dans ces deux hôpitaux de référence de Bujumbura. L’un pour l’isolement des cas suspects, l’autre pour le traitement de l’épidémie d’Ebola.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

338 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par belthrand habiyakare   ce  mercredi 5 novembre 2014   à 10 : 56 : 41

Peut-être qu’il serait mieux d’avoir les camps d’isolement un peu loin des hôpitaux de référence car on ne veut pas avoir les malade potentiel d’Ebola à la même place où les mamans et enfants fréquentent beaucoup ou encore d’autres patients. Pourquoi ne pas bâtir d’autres locaux un peu à l’extérieur de la ville où l’on pourrait garder et soigner les malades de ce si dangereux et hautement contagieuse maladie !!!! Cela pour moi constituerait une rassurance que les préparatifs se sont faits avec information et leçons d’Afrique de l’ouest sur cœur.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre



a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger





Les plus populaires
Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre,(popularité : 13 %)

Ex-Etat : pas de défis majeurs sauf quelques absences et retards ,(popularité : 7 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 7 %)

La brigade spéciale anti-corruption veut commencer par les jeunes pour éradiquer la corruption,(popularité : 7 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 7 %)

Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète ,(popularité : 7 %)

Rwanda :les réfugiés burundais transférés vers Kirehe,(popularité : 6 %)

Sorbonne, SIHO et HCR ouvrent l’université des réfugiés au Burundi en septembre ,(popularité : 6 %)

Echec d’un projet d’élevage de poules suite aux fêtes de fin d’année,(popularité : 6 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 6 %)