Ebola : Pas de moyens financiers contre le risque ce cette épidémie




Par: Bernard Bankukira , vendredi 24 octobre 2014  à 07 : 40 : 14
a

Sabine Ntakarutimana interpelle les députés à prévoir une rubrique pour faire face à l’épidémie d’Ebola car selon elle à l’état actuel des choses, le ministre de la santé publique et de la lutte contre le Sida n’est pas financièrement en mesure de répondre aux attentes des Burundais si une fois cette épidémie venait à arriver au Burundi.

Au cours des séances de questions orales ce mercredi au palais des congrès de Kigobe devant le parlement, la réponse du ministre de la santé a été la même dans la plupart des questions : Pas de moyens financiers pour le ministère pour s’attaquer contre cette maladie.

Les députés ont cherché à savoir si le ministère de la santé ne voudrait pas fuir ses responsabilités en refusant de prendre cette épidémie pour un problème de santé publique. De la part de la ministre Sabine Ntakarutimana, cette épidémie dépasse les compétences financières du ministère.

Elle a invité les députés à revoir ce chapitre au cours de l’analyse du budget de l’Etat exercice 2015. La question qui a retenu l’attention des participants concerne surtout les infirmiers qui se sont fait inscrire auprès du ministère de tutelle pour aller appuyer en soignant les malades où l’épidémie d’Ebola sévit déjà.

La plupart des députés ont plaidé pour que le projet d’envoi des burundais dans ces pays risque de constituer une manière pour Bujumbura d’importer cette maladie.

« La question dépasse le domaine de la santé. Elle a été déclarée par les Nations comme une préoccupation d’ordre sécuritaire. Les militaires, les infirmiers, les médecins et d’autres œuvrant dans ce domaine ont été demandé dans le cadre de l’Union Africaine pour prêter assistance aux pays victimes de cette épidémie », a-t-elle souligné.

La qualité des services dans les hôpitaux de référence a aussi fait objet de débat. Pour ces députés, il est essentiel que ce cas soi revu pour l’intérêt des éventuels patient d’Ebola. Ils ont surtout dénoncé la qualité des services offerts par les hôpitaux burundais de référence, surtout le centre hospitalo-universitaire de Kamenge, connu sous le nom d’Hôpital Roi Khaled.

« La Clinique Hospitalo - Universitaire de Kamenge a refusé de montrer aux journalistes la salle qu’elle a prévu pour accueillir ces éventuels cas d’épidémie. N’est ce pas une façon pour cette structure hospitalière de ne pas préparer à cette épidémie si elle venait d’arriver au pays ? », a souligné un député.

Par rapport à la question, la ministre de la santé publique et de la lutte contre le sida a dit qu’elle a déjà collaboré avec le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour que la direction de cet hôpital améliore ses services.

La même injonction a été donnée dans d’autres hôpitaux de référence à Bujumbura selon la ministre de la santé publique et de la lutte contre le sida qui a ajouté que ces derniers doivent prévoir un local pour accueillir des éventuels cas d’épidémie.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

186 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 5 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 4 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 4 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 4 %)

Ebola : Fausse alerte à Rumonge ,(popularité : 3 %)

Gitega : Une fillette malformée attend beaucoup de vos gestes charitables,(popularité : 3 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 3 %)

Université du Burundi : La commémoration des massacres reportée à la dernière minute ,(popularité : 3 %)

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika ,(popularité : 3 %)

Bujumbura : Les habitants de Gisyo crient au secours,(popularité : 3 %)