Burundi : La Poste compte réduire les couts de transferts des fonds de la diaspora




Par: Désiré Nimubona , mardi 28 octobre 2014  à 18 : 32 : 24
a

La Poste Burundaise compte réduire jusqu’à 6% les couts des transferts des fonds de la diaspora d ans un proche avenir selon le Directeur Général Salvator Nizigiyimana qui s’exprimait devant les médias ce mardi à Bujumbura.

Alors que les aides internationales au Développement commencent à tarir dans pas mal de pays du Sud suite à la crise économique dont les cicatrices sont toujours vives, la Poste Burundaise compte, avec l’aide des partenaires sensibiliser les membres de la diaspora d’aider leurs familles par des fonds mais qui transitent par des structures connues comme la Poste elle –même.

« Par exemple quand on envoie $100 à la maison, on devrait payer entre $10 et $20 de frais de transferts. Mais avec ce nouveau projet, on va payer moins » a souligné Nizigiyimana.

Il a ajouté que les organisations onusiennes telles que l’Organisation Internationale des Migration set l’Union Postale Universelle ont décidé que ce projet pilote de 4 millions de dollars commence en 2015 au Burundi et s’étale dans d’autres pays plus tard.

Selon Salvator Nizigiyimana, la Poste burundaise a été choisie par ce que sur un total de 660.000 structures postales dans le monde, le Burundi a à lui seul 142 structures présentes dans chaque commune du pays.

« Alors que dans les autres pays on ne fait que fermer les bureaux, au Burundi on ouvert d’autres bureaux » a dit Nizigiyimana, qui annonçait aussi que depuis 2007, le nombre de bureaux postaux au Burundi a passé de 33 à 142 aujourd’hui en 2014 avec des ambitions d’ouvrir d’autres structures.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

862 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Stan Siyomana   ce  mardi 28 octobre 2014   à 20 : 30 : 53

Donc il se pourrait que ce projet pilote n’a meme pas ete concu par ce cher Monsieur le Directeur general Salvator Nizigiyimana.
Le citoyen burundais lambda de Cendajuru (ou autre petit coin du pays) serait plus fier de cette Poste Burundaise si elle etait assez autonome et assez outillee financierement pour entreprendre des projets d’expansion sans devoir faire recours a l’aide etrangere.
Je dois quand meme reconnaitre que les beaux timbres de la Republique du Burundi (que je collectionnais a l’ecole secondaire) ont ete la premiere exportation burundaise que j’ai vue chez un philatheliste sur l’Avenue Lenine/Lenininsky Prospekt au debut des annees 1970.
Merci.



Par niyonkuru   ce  jeudi 30 octobre 2014   à 10 : 49 : 04

Merci pour le projet. Mais j’espère que des études profondes ont été menées avant de mettre en œuvre ce projet.
Je peux me pose quelques questions à la fois de curiosité et de compréhension :

- Quel est le montant qui entrait annuellement au Burundi en termes de transferts de la diaspora ? Et qu’en sera-t-il avec la réduction des frais de transfert ? ;

- Est-ce que la crise qui a frappé les grandes économies et qui a affecté les poches des contribuables occidentaux, a épargné les Burundais qui travaillent pour ces économies en crises ? Il faut comparer ce que le Burundais de la diaspora est prêt à ajouter sur le montant qu’il transférait grâce à la réduction des frais de transfert et ce que la Poste aura supporté comme manque à gagner.

- Que gagnera la Poste grâce à la réduction des frais de transferts ? Est-ce que les 4 millions de dollars ne viendraient pas compenser tout simplement le manque à gagner de la poste ?

- Quelles sont les mesures pour la pérennité du projet après le financement de ces 4 millions ?



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 10 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 6 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 6 %)

Des vices dans le projet de loi portant Budget de l’Etat 2013 ,(popularité : 5 %)

La transparence de la caisse du marché central mise en cause,(popularité : 5 %)

Le syndicat des commerçants sommé de disparaitre,(popularité : 5 %)

La monnaie burundaise flotte, que faire ?,(popularité : 5 %)

Le café burundais à l’ agonie, l’Intercafé Burundi alerte ! ,(popularité : 5 %)

Les experts se penchent sur la vie économique de l’EAC au Burundi avant l’Union Monétaire ,(popularité : 5 %)

Leo Burundi reçoit un prêt de 25 millions de $ pour élargir son réseau,(popularité : 5 %)