Sécurité/Des Rwandais traqués pour espionnage




Par: Dieudonné Nzeyimana , mardi 28 octobre 2014  à 20 : 58 : 41
a

Un enseignant d’université (Kigali Institute of science and Technology) au Rwanda est en prison de Muyinga depuis vendredi passé accusé par le parquet de Muyinga d’espionnage, trouvant une rwandaise qui vient d’y passer un mois, accusée aussi d’avoir participé à un espionnage et à l’atteinte de la sûreté extérieure de l’Etat.

Jules Hitimana enseignant à l’université de Kigali est détenu à la prison de Muyinga depuis vendredi de la semaine dernière. Arreté en commune de Giteranyi frontalière du Rwanda, cet homme est poursuivi pour atteinte à la sureté extérieure de l’Etat et pour espionnage du Burundi.

D’après Ernest Nduwimana, procureur de la République à Muyinga, Jules a été surpris entrain de filmer des localités de la commune Giteranyi.

« On l’a surpris alors qu’il était à moto en zone Ruzo, non loin du lac Rweru. Avec son caméra, Il a pris des images se rapportant sur un tronçon, du chef lieu de la commune Giteranyi jusqu’à Ruzo ». A dit Ernest Nduwimana.

Au parquet de Muyinga on indique poursuivre leurs enquêtes sur ce dossier. La cassette est jalousement gardée, apprend-t-on des sources du même parquet.

Dans le même coup, la police a arrêté le motard burundais qui aidait ce Rwandais dans ses déplacements. Ce Burundais aussi en prison aurait été corrompu par les Rwandais pour collaborer à ce projet.

Ça tourne autour des corps sans vie repérés sur le lac Rweru

Dans cette prison de Muyinga, une Rwandaise et son mari Burundais y sont gardés depuis un mois.

Egalement poursuivis pour atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat, ce couple a hébergé un Rwandais soupçonné d’être un militaire de l’armée Rwandaise.

Ce présumé militaire était venu rendre visite à sa sœur mariée dans cette province de Muyinga, de retour vers le Rwanda, il est passé par le lac Rweru. Avant d’embarquer dans la pirogue, il a photographié le site ou a été enterré 4 corps sans vie repêchés sur le lac Rweru fin Aout. Les pêcheurs ont rendu compte à la police, le parquet s’est saisi de l’affaire, la rwandaise arrêtée avec son époux.

Ce couple n’a cessé de crier à l’injustice mais même la chambre de conseil du tribunal de grande instance de Muyinga a déjà confirmé leur détention en prison.

Ces détenus sont soupçonnés d’espionner le site ou a été enterré les cadavres pour les déterrer un jour et ainsi fausser les enquêtes toujours réclamées par la communauté internationale.

Jusqu’aujourd’hui, et le gouvernement burundais et celui du Rwanda se rejettent la responsabilité sur l’origine de ces cadavres repères sur le Rweru.

Des corps sans vie encore vus sur ce lac, ce mardi 28 octobre, un nouveau corps en décomposition et emballé dans un sachet a été repéré par les pêcheurs.

Des média Rwandais inquiets

Ces derniers jours, des Rwandais font l’objet d’un contrôle très serré au Burundi. Une dizaine de Rwandais ont été déjà arrêtés dans cette province de Muyinga puis relaxé en l’espace d’un mois.

Dans la presse rwandaise, on parle d’arrestations injustes dans certaines conditions. Selon la rédaction de la radio Isango Star Du Rwanda, cette question devrait être traitée par les gouvernements des deux pays. Deux Etats partageant divers intérêts dans le cadre de l’intégration régionale à travers des organisations comme la CEPGL ou encore l’EAC.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

929 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par gaston nibigira   ce  mardi 28 octobre 2014   à 22 : 12 : 23

None Cndd fdd kugira imibano mibi n’igihugu c’Urwanda bizoyungura ik i ? Mbega baribuka ko turi abanyuma muri vyose uno munsi ?Mwa ba dd gabanya kugirira lavage du cerveau abo murongoye mukuririmba ngo : Abavyeyi bibaruka kubuntu,abana biga kubuntu,imiriyoni y’amashure yarubatswe, hamwe na ma stade , no kugwiza amavoka.Abarundi baronze cane kuko ntibafise ivyobafungura kiretse ya masiha yigarurira ikigega c’igihugu.Mbe mufise iki co kwespiona kdi mutagira vision kiretse gutoteza abo mujejwe. Muzoheza nabi ndabarahiye kuko inkoho harigihe izonanirwa
Ndavuga simvura pe



Par   ce  mercredi 29 octobre 2014   à 19 : 10 : 38

ARIKO KOKO UWO MUNYARWANDA YIGISHA KURI UNIVERSITE I KIGALI,YARI AMAZE UKWEZI MUGITERANYI ?AVA AHANTU HAMEZE NEZA NK’IKIGALI AZA KUBA MU MISOZI ATA NITARA RIRIYO AHIGA IKI ?KAGAME NAREKE KUBASUKA KUKO MU BURUNDI TURI MASO.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public



a

Gatumba : Une attaque à bilan « compliqué » !





Les plus populaires
Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 47 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 11 %)

Un général burundais à la tete de l’ EASF,(popularité : 3 %)

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika,(popularité : 3 %)

Burundi : Trois personnes tuées dans différents coins la nuit du mardi à mercredi,(popularité : 3 %)

Burundi : L’épouse d’Agathon Rwasa échappe à un assassinat,(popularité : 3 %)

Des chiens errants à Bubanza, un danger public,(popularité : 2 %)

Crise à l’église de pentecôte de Nyanza-Lac, le Ministère de l’intérieur et l’EPBU à couteaux tirés,(popularité : 2 %)

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface,(popularité : 2 %)

"Plus jamais ça à l’endroit des journalistes", implore le CNC,(popularité : 2 %)