Muyinga : Plus de 15000 cas d’abandons scolaires en une année !




Par: Dieudonné Nzeyimana , vendredi 31 octobre 2014  à 06 : 34 : 23
a

C’est officiel, le rapport définitif de l’année scolaire passée dresse un bilan d’abandons scolaires pour 13492 écoliers et 2244 élèves du secondaire soit un effectif total de15936 enfants. Parmi ceux-là, les filles sont au nombre de7042.

La pauvreté, l’ignorance des parents, les mariages précoces et les grossesses non désirées sont quelques unes des raisons à l’origine de ces abandons d’après les sources à la direction provinciale de l’enseignement(DPE) à Muyinga.

Ce phénomène inquiète davantage les responsables scolaires en cette nouvelle année scolaire. Non seulement, on a du mal à faire retourner à l’école les enfants qui ont quitté l’école l’année passée mais aussi garder ceux inscrits pour cette année, observation de Blaise Pascal Misago, directeur de la DPE Muyinga.

Certains écoliers évoquent le problème de manque de cahiers car cette année, l’habituelle habitude du gouvernement distribuant des cahiers n’a pas encore eu lieu.

Des stratégies sans fruits escomptés

L’administration provinciale sollicite l’implication des comités mixtes de sécurité sur les collines. Chaque vendredi, le chef de colline doit faire le constant des écoliers ayant abandonné l’école et dresser son rapport à l’administrateur chaque lundi.

Cette stratégie a eu des effets entre mai et juin de l’année passée en commune Gasorwe où une centaine d’écoliers ont été contraints à reprendre le chemin de l’école d’après Joseph Bucampwera directeur de l’enseignement dans cette commune. Ce directeur regrette que cette stratégie ne marche plus, les chefs de collines dressaient les rapports sur stimulation pécuniaire’ une organisation indépendante opérant dans cette commune.

Pour lutter contre les grossesses non désirées, sur initiative du FNUAP, on avait lancé la compagne « zéro grossesse dans les milieux scolaires »,hélas, des dizaines de jeunes filles ont été engrossées d’après des sources de la DPE.

Promouvoir les droits des enfants

D’ après M. Christine Ndayihimbaze de l’organisation Right to Play, les enfants doivent bénéficier d’un encadrement suffisant pour préparer leur avenir. Aussi, fait-t-elle remarquer, il faut que les enfants soient formés sur les principes et valeurs des droits de l’homme. Dans ce sens ils peuvent résister aux tentations d’abandons scolaires ou aux mariages précoces.

Un enfant informé de ses droits peut même alerter l’administration en cas de réticence du parent quant à son droit à l’éducation.

A l’occasion de la célébration de la journée internationale dite Global Dignity Day célébrée le 26 octobre en commune de Gasorwe, le Directeur de la DPE Muyinga s’est réjoui de la formation en valeurs comme la dignité (ubuntu) donnée aux enfants encadrés par Right to play. Pour lui, s’il est vrai qu’un suivi régulier des enfants peut aider à garder les enfants à l’école, il estime qu’un effort particulier devrait être orienté vers certains parents à qui l’administration devrait infliger des sanctions s’ils s’avèrent responsables de l’abandon scolaire hypothéquant l’avenir des enfants.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

270 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 11 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 8 %)

Echec d’un projet d’élevage de poules suite aux fêtes de fin d’année,(popularité : 7 %)

Mwaro : La pression démographique, un défi à l’enseignement,(popularité : 7 %)

Ex-Etat : pas de défis majeurs sauf quelques absences et retards ,(popularité : 7 %)

Aucun retrait sur les comptes de Maison Shalom et de Barankitse,(popularité : 7 %)

CONAPES rejette une fiche d’identification d’une catégorie d’enseignants en Mairie de Bujumbura,(popularité : 7 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 6 %)

Burundi : La lèpre, une maladie qui frappe encore la population burundaise ,(popularité : 6 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 6 %)