Les vaches en débandade dans la réserve naturelle de la Rukoko




Par: Marc Niyonkuru, , samedi 15 novembre 2014  à 10 : 12 : 08
a

Plus de 17000 vaches errent dans la réserve naturelle de la Rukoko depuis mardi soir. Le ministre de la défense nationale et des anciens combattants est pointé du doigt pour avoir intimé l’ordre aux militaires de déloger les vaches d’une localité que le gouverneur de Bubanza leur avaient pourtant accordé en attendant que leurs divergences de vue trouvent une issue.

Dans la réserve naturelle, les veaux, les taureaux, et mêmes les éleveurs errent dans la réserve naturelle de la Rukoko sans savoir où passer même pendant la nuit. 91 étables dans lesquelles elles logeaient ont été brulées par les militaires depuis mardi. « La mesure est venue d’en haut », disaient au départ ces éleveurs qui ne savaient à quel saint se vouer.

Ce vendredi, ces éleveurs ont souligné que le ministre de la défense nationale et des anciens combattants, le Général Major Pontien Gaciyubwenge s’est rendu jeudi soir dans cette localité à bord d’une camionnette de l’armée Burundaise. Il a fait chasser toutes les vaches de la 8ème transversale à la dixième dans la réserve naturelle de la Rukoko.

Pour le moment, le responsable de l’association des éleveurs dans cette réserve n’en revient pas. Jean Bosco Hatungimana estime que suite à cette décision du ministre Pontien Gaciyubwenge, le nombre de vaches perdues est inconnue et est allé croissant.

« Certains cherchent leurs vaches depuis mardi dans la foret de la Rukoko mais la décision du ministre est venue empirée la situation » a souligné Jean Bosco Hatungimana.

Le ministère de la défense reproche à ces éleveurs de cotiser de l’argent pour les hommes armés membres du FNL, aile de Nzabampema qui attaquent ces derniers jours dans la réserve naturelle de la Rukoko. « Ce jeudi, ils ont attaqué ; est ce que nous étions là ? » a réagi Jean Bosco Hatungimana visiblement pris de colère.

Jusqu’à présent le sort réservé à ces vaches est un secret. Le gouverneur de la province ne s’est pas exprimé sur la question car il était en réunion avec le président de la république en province de Muyinga.

La réaction du porte parole de la défense nationale et des anciens combattants n’a pas tardé. Faisant un démenti au soi-disant ordre du ministre Gaciyubwenge, le colonel Gaspard Baratuza a indiqué qu’il n’est pas encore temps que le ministre agisse ainsi aussi vite. Pour lui, la question n’est pas aussi grave pour qu’il intervienne personnellement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

775 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  lundi 17 novembre 2014   à 16 : 49 : 00

Au lieu de chercher ceux qui cotisent pour les ’rebelles’ a Rukoko, il vaudrait mieux commencer a chercher autour de lui... le vers est dans le fruit !!!



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »



a

Bujumbura : Une partie de Ngagara appelle au secours



a

Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre



a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme





Les plus populaires
Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »,(popularité : 12 %)

Kayanza : Gatara, la commune plus peuplée,(popularité : 9 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 9 %)

Pose de la première pierre du bâtiment de la présidence par le numéro un burundais,(popularité : 8 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 8 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 8 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 8 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 8 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 8 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 8 %)