La Communauté Islamique divisée plus que jamais




Par: Aubin Niyonkuru , lundi 17 novembre 2014  à 16 : 58 : 55
a

Le chaos persiste au sein des leaders de la Communauté Islamique du Burundi. Dimanche dernier, le 16 Novembre le représentant légal de la Comibu Cheikh Sadick Kajandi a été reconduit à la tété de cette communauté lors d’une réunion en assemblée générale. Cette assemblée générale avait pourtant été dénoncée quelques jours avant par le comité exécutif de la Comibu qui réclamait son report.

Selon Moustapha Singirankabo et Ramadhan Ndikumana, membres du comité exécutif, la convocation de cette assemblée générale n’avait pas respecté les statuts de la Comibu. De son côté Sadick Kajandi affirmait que la convocation de cette réunion avait suivi toutes les procédures requise par le statut de la Comibu. « J’ai invité tous ceux qui doivent participer dans une assemblée générale », dit-il en réaffirmant que rien ne pouvait empêcher sa tenue.

Pour n’avoir pas associé tous les concernés dans la préparation de cette assemblée générale, pour avoir violé les statuts de la Comibu et pour avoir unilatéralement changé certaines dispositions du statut, le président de l’assemblée générale a destitué définitivement Sadick Kajandi à la tête de la Comibu. « Dès le 16 Novembre la direction de la Comibu est confiée à Cheikh Hamisi Abdallah, président de l’assemblée générale pour une période transitoire de 3 mois ».

Cheikh Haruna Nkunduwiga qui se réclame lui aussi représentant légal de la Comibu précise que depuis 2011, le conseil des Cheikhs avait decidé de suspendre Sadick Kajandi à la tête de la Comibu, ce que le ministre de l’intérieur n’a pas voulu entendre.

Malgré tout, cette décision est restée en vigueur vue l’importance de l’organe des Cheikhs dans les statuts de la Comibu comme l’a expliqué Haruna Nkunduwiga. De surcroît, il dit que les décisions du Conseil des Cheikhs ne peuvent être révoquées ou changées que par l’assemblée générale, régulièrement convoquée.

Haruna Nkunduwiga s’étonne que les statuts de la Comibu continuent à être violés par ceux même qui les ont changés à leur guise. : « C’est tout ce que nous avons continué à dénoncer ; il y a eu toujours empiétement des statuts de la Comibu même ces statuts qu’ils ont confectionnés à leur mesure, ils ne sont pas en train de les suivre ». Pour lui le dialogue est plus que nécessaire pour analyser ensemble toutes les questions et y faire suite en trouvant des solutions durables.

Aujourd’hui 3 personnes se réclament représenter cette communauté islamique. Cheikh Sadick Kajandi , reconnu par les autorités, Cheikh Hamisi Abdallah qui était président de l’assemblée générale dans les organes du 1er mandat de Sadick Kajandi et Cheikh Haruna Nkunduwiga qui n’a jamais été aux cotés de Sadick Kajandi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

487 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo





Les plus populaires
Le secteur de l’éducation "en ruine" !,(popularité : 79 %)

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants,(popularité : 7 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 6 %)

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara,(popularité : 5 %)

Le centre de rééducation des mineurs devenu comme une famille à Ruyigi ,(popularité : 5 %)

Kirundo : La famine encore une fois à la porte ,(popularité : 5 %)

Cultures vivrières : Un défi pour le Burundi,(popularité : 5 %)

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés,(popularité : 4 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 4 %)

Rumonge : Un conflit foncier entre l’église anglicane et un particulier,(popularité : 4 %)