Une grève dans des grèves à l’UB




Par: Marc Niyonkuru, , jeudi 20 novembre 2014  à 08 : 34 : 39
a

« Certes la qualité des enseignements en souffre énormément mais c’est la seule possibilité pour que nos revendications trouvent une issue », c’est la réponse de Simon Marie Rurasuma, le représentant des étudiants à l’Université du Burundi par rapport aux conséquences de la grève des étudiants de 2ème licence commencée lundi.

Ces étudiants ont besoin de savoir la façon dont les étudiants qui sont régis par l’ancien système d’enseignement vont poursuivre leurs études avec le nouveau système BMD, Baccalauréat, Master Doctorat du moins s’ils échouent.

Simon Marie Rurasuma a en effet souligné qu’ils n’y sont pour rien puisque le plus souvent la grève est l’unique moyen pour amener le rectorat et le ministère de tutelle à sentir l’importance des questions qu’ils posent pour des éventuelles solutions. Il a dit que les étudiants qui ont suivi leur cursus académique dans l’ancien système de formation vont faire la troisième session si une fois ils arriveraient à échouer.

Pour Simon Marie Rurasuma cette réponse ne figure nulle part dans les documents régissant le fonctionnement du système d’enseignement supérieur au Burundi. Il s’agit plutôt d’une réponse qu’il qualifie d’échappatoire. Cet étudiant estime tout de même que la qualité des enseignements en souffre énormément.

Il ajoute par ailleurs que cette grève vient se greffer sur autant d’autres en cours à l’Université du Burundi qui restent sans solutions. Il y a notamment la grève des étudiants de 3ème cycle en médecine. Le ministre de tutelle a récemment supprimé ce cycle pour des raisons jusqu’ici inconnues. Il y a une autre grève des étudiants qui sont dans le système BMD qui ignorent encore le diplôme auquel ils auront droit.

La troisième grève concerne les étudiants de la faculté des lettres et sciences humaines, département anglais qui refusent la réussite d’un étudiant un mois plus tard après la proclamation des résultats.

Deux promotion des écoles secondaires attendent aussi le début de l’académique pour commencer les cours. Ils ne peuvent pas arrêter les cours qu’ils n’ont pas encore commencé nous a signalé un des étudiants de l’UB.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

264 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par NGANJI   ce  jeudi 20 novembre 2014   à 09 : 15 : 35

Au mois de mai 2014 on parlait des etats generaux de l’enseignement pour solder tous ces problemes au mois de Novembre 2014. On est le 20 novembre et depuis octobre il y a eu seulement radicalisation des etudiants. Dites donc Mrs et dames etudiants etez vous surs de vos revendications ? Voulez vous des solutions durables a tous vos problemes ?
Si les greves sont devenus l’unique moyen de vous faire entendre comme l’affirme Rurasuma S.M. pourquoi il y a toujours des greves alors ? Ou bien vous creez des problemes qui sont resolus au cours des greves ou alors vos greves ne resoudent rien du tout et les problemes se repetent.
Si vous etes vous meme la source de ces problemes les greves sont la pour vous derouter.
Par ailleurs le monde a tellement avance. N’est il pas vrai qu’il y a des guerres par procuration ? De meme ces greves en cours me paraissent beaucoup plus des greves par procuration. Le jours ou les vrais concernes se sentiront fatigues ou satisfaits vous allez retourner dans les auditoires sous leur appel.
Ne perdez pas votre temps et ne remettez jamais a demain ce que vous pouvez faire aujourd-hui !



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 6 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 6 %)

Muyinga : Les Batwa évoluent !,(popularité : 6 %)

Rumonge : Travaux communautaires ou activités du CNDD-FDD ?,(popularité : 4 %)

Un examen de sélection pour la fac de médecine,(popularité : 4 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 4 %)

Sorbonne, SIHO et HCR ouvrent l’université des réfugiés au Burundi en septembre ,(popularité : 4 %)

Des passagers manquent des bus à la gare du Nord,(popularité : 4 %)

Rwanda :les réfugiés burundais transférés vers Kirehe,(popularité : 4 %)

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent ,(popularité : 4 %)