Agathon Rwasa dénonce une manœuvre de son arrestation par le pouvoir de Nkurunziza




Par: Bernard Bankukira , dimanche 23 novembre 2014  à 19 : 03 : 24
a

Le parti FNL aile d’Agathon Rwasa dénonce des complots politiques et des menaces graves d’atteinte à la sécurité physique et politique d’Agathon RWASA sous l’étiquette des massacres des Banyamulenge.

Dans une déclaration sortie le 21 de ce mois, le FNL s’insurge contre les procédures judicaires amorcées par la juridiction burundaise qui, selon le FNL, n’ont que des visées politiques dont l’objectif principal est de « barrer la route à sa candidature déjà proclamée aux prochaines élections afin que le CNDD-FDD se retrouve sans aucun concurrent ».

Le parti d’Agathon Rwasa dit que le dossier des Banyamulenge n’est qu’une pure manipulation du pouvoir de Pierre Nkurunziza et qui est invoqué intentionnellement chaque fois que M. Rwasa se déclare prêt à affronter le CNDD-FDD dans les élections de 2015

« Depuis la semaine du 10/11/2014, nos sources d’information les plus fiables révèlent que les services personnels du président Pierre NKURUNZIZA projettent d’arrêter monsieur Agathon RWASA, le principal leader de l’opposition burundaise », peut-on lire dans ce communiqué signé le 21 novembre par Aimé Magera, porte parole du FNL aile d’Agathon Rwasa.

Ce parti rappelle qu’Agathon Rwasa bénéficie de l’immunité provisoire lui garantie par l’Accord de cessez le feu qu’il a signé avec Nkurunziza, au même titre que tous les autres belligérants de l’époque, dont le président de la République lui-même qui était condamné à mort.

Il rappelle également que la justice burundaise, dont le FNL met en question sa crédibilité et son indépendance, est incompétente pour juger des crimes de guerre tels que celui de Gatumba de 2004 contre les Banyamulenge, qui doivent être jugés par une cour spéciale pour le Burundi.

Le FNL rappelle que l’accord d’Arusha et les différents les accords de cessez le feu recommandent que de tels crimes seront qualifiés et jugés par un tribunal spécial pour le Burundi, conformément aux différents instruments juridiques du droit pénal international.

« Seules les juridictions internationales pourront juger des cas de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crimes de génocide commis depuis 1962 à 2006, conformément aux différents Accords signés entre le gouvernement et les mouvements rebelles », souligne le FNL aile d’Agathon Rwasa, qui met en garde le régime Nkurunziza « contre cette énième tentative d’atteinte à la sécurité physique et politique de M. Rwasa ».

Le parti FNL, aile d’Agathon Rwasa, rappelle que le CNDD-FDD, encore au maquis, a commis plusieurs crimes de guerre et des crimes contre l’humanité sur des populations civiles qui restent jusqu’alors non jugés, tels que les massacres de Bugendana, en juillet 1996, ainsi que les massacres des dizaines de jeunes séminaristes à Buta en 1997, crime revendiqué par Jérôme Ndiho au nom du CNDD-FDD.

Pour le parti FNL, aile d’Agathon Rwasa, ces manœuvres concoctées par le pouvoir de Bujumbura ne cherchent qu’à écarter définitivement tout opposant jugé de taille, dont Agathon Rwasa, à faire face à une éventuelle candidature du CNDD-FDD pour les élections générales de 2015.

Agathon Rwasa demande au Conseil de sécurité des Nations Unies de prendre des mesures nécessaires pour que le pays ne replonge pas dans une crise « provoquée par un seul homme avide, assoiffé de s’éterniser au pouvoir et craignant pour la défaite électorale de ses hommes de paille en 2015 ».




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

717 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  lundi 24 novembre 2014   à 04 : 28 : 42

Mbega FNL nayo isigaye ifise ubwoba nk’umugereni kumwe nyene kwa mporona ? Ntimutinye nta na kimwe muzoba. Yamara rero uwakoze icaha wewe ararya agaba. Buyoya ashaka kwinyegeza inyuma ya Francophonie ngo arabe ko yokira ivyaha yakoze akirindiriye urupfu rwiwe !! Lata ya CNDD-FDD nayo ngo turi inyuma yawe. Leonce nawe apfuye atora udukate dukorotse ku meza y’abamwiciye Sebija. Ivy’abahutu b’i Burundi ni urudubi rw’urudavagi



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 2 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 2 %)

Nyanza-Lac : Vers le dénouement définitif de la crise à l’église de pentecôte ?,(popularité : 2 %)

Vers la mutation des administrateurs des communes urbaines ? ,(popularité : 2 %)

Présidence : Vagues de remaniements et de nominations,(popularité : 2 %)

L’opposition rejoint le train en marche,(popularité : 2 %)

Politique : Quatre ministres du gouvernement mis à la porte,(popularité : 2 %)

Burundi : Samantha Power appelle au respect des droits de l’homme et la Constitution ,(popularité : 2 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 2 %)