L’U.B et le ministère de tutelle en guerre de mot




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 25 novembre 2014  à 17 : 19 : 13
a

Les étudiants de l’Université du Burundi accusent le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique de fuir ses responsabilités et persistent dans leur mouvement de grève depuis plus d’un mois. Ils demandent que la valeur administrative de leur diplôme de fin baccalauréat soit déterminée avant de retrouver les auditoires.

Simon Marie Rurasuma , le représentant des étudiants, dans une conférence de presse de ce lundi , est sans équivoque : Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ne cesse de semer le flou.

Il a regretté de l’annulation du décret ministériel portant équivalence des diplômes de l’ancien système d’enseignement Burundais par rapport aux diplômes relevant du nouveau système BMD. Ce décret traite le diplôme de baccalauréat au même niveau que celui de 3 ans à l’ENS . Ces étudiants estiment que cette mesure au lieu résoudre de la problématique de la valeur des diplômes vient le rendre encore dur.

Ces étudiants se demandent finalement les arguments qu’il compte avancer pour dire que le diplôme de Licence dans l’ancien système est de même valeur académique que celui du nouveau système.

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Dr Butore Joseph n’a pas tardé à réagir. Il a dit que la question fera objet d’étude lors des états généraux pour l’éducation prévus au début du mois de décembre 2014 . Pour lui, cette question est d’importance capitale que tous les partenaires impliqués dans ce secteur devraient donner contribution.

Pour Joseph Butore, les informations à sa disposition lui envoyées par le rectorat indiquent plutôt que la valeur administrative des diplômes de baccalauréat n’est plus un problème et que les étudiants sont dans les auditoires.

Par ailleurs, a encore souligné Dr Butore Joseph, les étudiants de l’U.B ont intérêt à savoir que les grèves à répétition ne sont pas une manière de résoudre les problèmes qui font parler d’eux à l’Université du Burundi mais plutôt une option de prolonger encore la fin de l’année académique.

Selon Joseph Butore, ces états généraux devraient adopter des mesures pour contraindre les étudiants à ne pas arrêter les cours même en cas de problèmes. « L’avenir de l’Université en dépend », selon lui.

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a expliqué aux étudiants de 3ème cycle dans la faculté de médecine qu’ils ne recevront plus de bourse d’étude puisqu’ils sont aussi payés par la Clinique –Hospitalo- Universitaire de Kamenge.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

304 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques





Les plus populaires
Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire ,(popularité : 39 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 7 %)

Murwi : Un bébé abandonné par ses parents ; l’administration crie au secours !! ,(popularité : 7 %)

La corruption c’est aussi dans nos hôpitaux, constat du 2ème vice Président ,(popularité : 7 %)

Imaginez avoir des petits-enfants qui ne sont pas capables de parler votre langue,(popularité : 6 %)

L’instauration d’une taxe intermediaire de 10% décriée par les groupes sociaux,(popularité : 6 %)

Le Focode élève la voix en faveur des Pasteurs ,(popularité : 6 %)

Le Général Rodrigue Bunyoni n’est plus ,(popularité : 5 %)

UB : Ça sent le détournement ,(popularité : 5 %)

Eusébie : Même l’orphelinat est fermé,(popularité : 5 %)