Uprona : le ministre de l’intérieur encore dure.




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 2 décembre 2014  à 06 : 24 : 42
a

Le ministre de l’intérieur attend toujours la signification de jugement de la part de la Cour Est Africaine par rapport au procès qui oppose le gouvernement du Burundi contre le parti Uprona.

En marge d’une rencontre avec les gouverneurs de provinces ce lundi sur l’enrôlement des électeurs le ministre Edouard Nduwimana a souligné que le gouvernement du Burundi continuera à reconnaitre Concilie Nibigira à la tête de ce parti parce que le gouvernement n’a pas encore épuisé tous les recours possibles.

Quant à dire si le ministère de l’intérieur compte laisser le parti comité central organiser ce parti pour venir à bout de la crise qui le secoue depuis bientôt 3 ans, Edouard Nduwimana a dit qu’il n’a pas encore vu les significations de jugements dudit procès. Selon lui, le gouvernement du Burundi possède encore des moyens de recours.

« Le ministère reconnait à la tête de l’Uprona les personnes qui ont été élu conformément à la loi » a-t-il souligné pour malicieusement évoquer Concilie Nibigira et le comité directoire du parti.

Le ministre de l’intérieur Edouard Nduwimana s’est en effet exprimé sur le procès rendu le 28 novembre 2014 sur le parti Uprona , aile Charles Nditije contre le gouvernement du Burundi. Cette aile plaidait en effet pour que le ministère de l’intérieur exécute le jugement rendu par la cour suprême.

La cour suprême estimait à cette période que le comité central de l’Uprona élu en 2009 avait les prérogatives d’organiser le parti conformément aux statuts mais le ministre de l’intérieur avait refusé de s’exécuter. Plus de 4 mois plus tard, la Cour Africaine lui a donné raison.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

599 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les partis politiques demandent l’inclusion au sein des CEPI



a

Burundi : Le parti CNDD va participer aux élections sous des conditions



a

Burundi : Intolérance politique à Rweza, les habitants craignent la vengeance



a

Burundi : le 1er vice-président de la République appelle la presse à accompagner le processus électoral



a

Burundi : Le CNARED, tend-t-il la main à Gitega ?



a

Rumonge : Une permanence du Cnl vandalisée



a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi





Les plus populaires
Burundi : Les partis politiques demandent l’inclusion au sein des CEPI,(popularité : 36 %)

Burundi : Le parti CNDD va participer aux élections sous des conditions ,(popularité : 12 %)

Investiture des administrateurs communaux issus des élections de 2015,(popularité : 10 %)

Le facilitateur Mkapa jette officiellement l’éponge ,(popularité : 8 %)

Réconciliation entre les FNL et les CNDD-FDD de Kamesa,(popularité : 8 %)

Trois pays de la région disent oui au troisième mandat de Pierre Nkurunziza,(popularité : 8 %)

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !,(popularité : 8 %)

La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

Frédéric Bamvuginyumvira est désormais provisoirement libre ,(popularité : 8 %)

Des manifestatations au centre ville de Bujumbura,(popularité : 8 %)