Quid sur les sanctions prises par la CENI




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 3 décembre 2014  à 20 : 04 : 30
a

Les partis politiques de l’opposition non regroupés au sein de l’Alliance pour la Démocratie au Burundi et la société civile ont accusé les membres de la CENI de banaliser toutes les irrégularités jalonnant l’enrôlement des électeurs qu’ils n’ont cessé de relever.

Au cours d’une rencontre qui a eu lieu en effet entre le président de la CENI avec les partis politiques reconnus au Burundi à l’exception des partis membres de l’ADC, ces partis politiques ont déploré pourquoi les sanctions contre les personnes accusées de fraudes au cours de l’enrôlement des électeurs ne sont sanctionnées.

Ces partis politiques ont accusé surtout le ministre de l’intérieur de ne pas sanctionner les responsables à la base qui se trament dans les distributions de cartes nationale d’identité en violation de la loi.

Certains politiques relèvent des cas de flagrant délit qui ne connaissent jamais de sanctions de la part de la CENI dans les provinces de l’intérieur du pays comme dans les communes de la Mairie de Bujumbura.

« Qu’est-ce qui vous empêche de punir ces personnes qui participent dans ces magouilles sur la distributions en catimini de la carte nationale d’identité puisque vous dites que c’est vous-même qui avez fait sortir les cartes aujourd’hui disponibles à travers le pays » a demandé Sylvestre Ntibantunganya, ancien président de la république du Burundi, au ministre Nduwimana.

Pour lui, le ministre de l’intérieur et le président de la CENI ont du pain sur la planche pour que ces élections soient crédibles et pour ce faire, ils devront être guidés par des valeurs et notamment la loi électorale.

Pierre Claver Ndayicariye reconnait qu’il existe effectivement des personnes qui ; s’écartent de la loi et surtout de la loi électorale. Il a relevé les quartiers dans lesquels les personnes ont été empêchées de faire des fraudes électorales.

De son côté, Niyonsaba Donatien, spécialiste sur les questions des élections, a dit qu’à sa connaissance il y a deux sortes de punitions relatives aux élections.

Il estime qu’il y a des sanctions du ressort de la CENI et d’autres relatives au code pénal. Il estime que la justice burundaise et les responsables de la CENI doivent s’investir pour la transparence des élections de 2015.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

414 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 15 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 4 %)

La nouvelle législation sur le CNC : une adoption sous controverse,(popularité : 3 %)

CNDD-FDD : Plus qu’un meeting à Bujumbura,(popularité : 3 %)

Le Président Nkurunziza promet à Ban Ki-Moon son engagement à un dialogue inclusif ,(popularité : 3 %)

Les communes de la Mairie de Bujumbura réduites à trois ,(popularité : 3 %)

Burundi : L’avant-dernier pas de l’amendement de la constitution burundaise,(popularité : 3 %)

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?,(popularité : 3 %)

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques,(popularité : 3 %)

Transfert temporaire du siège de la CIRGL,(popularité : 2 %)