Pas de hasard si EAHARD est au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 8 décembre 2014  à 17 : 49 : 28
a

Les défenseurs des droits humains des pays de l’Afrique de l’Est et de la Corne de l’Afrique estiment que la loi burundaise en matière de promotion et de sécurité des défenseurs des droits humains au Burundi est lacunaire.

Cette rencontre de East Africa Horn Humans Rights Defenders, une ONG de défense des droits humains a débuté ce lundi pour se clôturer ce vendredi. Elle n’est pas en fait du hasard au Burundi de la part de Frère Emmanuel Ntakarutimana .

Frère Emmanuel Ntakarutimana , Le Président de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme, CNIDH juge que ces défenseurs des droits de l’homme ont voulu de tous ces pays soutenir leurs collègues Burundais qui eux aussi travaillent sur des dossiers sensibles ces derniers jours et surtout en mettant leurs vies en danger.

De la part de Frère Emmanuel Ntakarutimana, cette tâche est aussi difficile à cause du processus électoral. « Nous sommes dans un processus électoral qui peut être assez électrisé. En tenant compte de l’expérience de 2010, il s’avère important d’accompagner le processus au niveau régional », a- t- il souligné.

Frère Emmanuel Ntakarutimana a indiqué qu’en plus de ce processus électoral de 2010, les Burundais viennent de mettre en place la commission vérité et réconciliation. « Celle-ci a ses attentes et ses difficultés raison pour laquelle les Burundais et les pays dans l’EAHARD est pressente devraient se sentir interpellés », a souligné Frère Emmanuel Ntakarutimana en ajoutant que le Burundi a aussi ses propres défis en matière de gouvernance.

L’Ambassadeur de l’Union Européenne a de sa part indiqué qu’au cours de ces derniers mois, elle a aidé en traitant dans l’urgence une dizaine de dossiers des défenseurs des droits humains dont la sécurité était en danger.

Au cours de cette rencontre les défenseurs des droits humains apprendront à concilier la promotion des droits humains à leur sécurité sur terrain. La plupart d’eux sont des journalistes de l’intérieur du pays et des activistes de la société civile qui contribuent dans la promotion des droits humains dans leurs localités respectives. Ils estiment que le Burundi devrait être dotée d’une loi spécifique pour la protection des défenseurs des droits humains.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

678 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi





Les plus populaires
Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 8 %)

Comparution en audience publique des présumés putschistes,(popularité : 6 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 5 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 5 %)

Le rapport des massacres de Gatumba « remis à qui de droit » ,(popularité : 5 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 4 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 4 %)

Muyinga/Un containeur sert de cachot clandestin à Gasorwe,(popularité : 4 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 3 %)

L’Eglise Catholique dénonce encore des violations des droits de l’homme ,(popularité : 3 %)