Les conclusions des états généraux de l’éducation peu rassurantes




Par: Aubin Niyonkuru , jeudi 11 décembre 2014  à 07 : 12 : 36
a

L’issue des Etats généraux de l’éducation est peu satisfaisante selon les étudiants de l’université du Burundi.

Ces étudiants qui observent un mouvement de grève depuis le 03 octobre dernier posent toujours des conditionnalités pour regagner les auditoires.

Selon certains de ces étudiants rencontrés au campus Mutanga, un document montrant les points consensuels issus des Etats généraux doit d’abord sortir.

De ces Etats généraux, ils se disent aussi peu rassurés de l’issue, vu que certains professeurs des universités publics et privés n’ont pas été invités.

« C’est plutôt eux qui devraient être invités pour montrer où se situe le problème ».

Selon le représentant des étudiants de l’université du Burundi, l’autre point qui leur pousse à patienter pour regagner les auditoires est que les propositions de ces Etats généraux ne sont en aucun cas des décisions.

Il a été convenu de créer une commission chargée de mettre en application les recommandations de ces Etats généraux mais, « nous ne nous sommes pas du tout satisfaits », a souligné Simon Marie Rurasuma, représentant des étudiants de l’Université du Burundi.

Ces étudiants veulent toujours que soient précisées l’appellation des diplômes dans le nouveau programme dit BMD ainsi que leurs considérations par la fonction publique.

Sur la question d’octroi de la bourse, il a été proposé d’instaurer le système de prêt-bourse comme alternative au système actuel dès 2016, mais aussi garder quelques bourses sociales ou/et d’excellence.

Les étudiants ne sont pas du tout d’accord avec cette proposition. Ils trouvent que cette bourse devrait plutôt être revue à la hausse plutôt que d’être octroyée sous forme de prêt-bourse.

Ils disent que leurs questions sont loin de trouver des réponses par la voie des commissions.

La fin de ces Etats généraux vient d’être marquée par le changement des visages au sein des autorités électorales. Gaston Hakiza qui venait de passer 9 ans à la tête de l’université du Burundi, a été remplacé par Gaspard Banyankimbona.

Ces étudiants espèrent que ce changement va marquer un pas dans la recherche des solutions aux difficultés auxquelles fait face cette université.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

355 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 9 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 8 %)

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara,(popularité : 7 %)

La Télévision Nationale : Des fortes pluies ont endommage son émetteur ,(popularité : 6 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 5 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 5 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 5 %)

Le saignement chez la femme : Un problème de décollement placentaire,(popularité : 5 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 5 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 5 %)