Le Forsc dénonce une CVR non rassurante




Par: Aubin Niyonkuru , jeudi 11 décembre 2014  à 07 : 46 : 47
a

Le forum pour le renforcement de la société civile (FORSC) qualifie de politico-religieuse la commission vérité et réconciliation élue le 03 décembre courant par la chambre haute du parlement.

Sur 11 commissaires de cette CVR, 6 sont des religieux. Selon le communiqué du Forsc, cette commission risque de privilégier la pardon afin d’aboutir à une réconciliation calculée au détriment de la vérité et de la justice.

Le Forsc soulève également ses inquiétudes quant à la qualité et la légitimité de certains des commissaires de cette commission eu égard à leur tâche de travailler collégialement et décider au milieu par consensus.

Elle se dit déçue par le fait que les membres de la société civile ont été écartés alors qu’ils étaient plébiscités par la population lors des consultations populaires comme étant mieux placés pour conduire cette recherche de la vérité et enfin de conduire vers la réconciliation nationale.

« L’élection du ministre Clotilde Niragira pose des questions étant donné qu’à l’occasion de ses multiples fonctions, elle a prêché par action ou par omission, en laissant impunis ou garantissant l’impunité des crimes graves », a déclaré le délégué général du Forsc.

Ces mêmes crimes affectent les droits de l’homme et cependant la période couverte par les travaux de la CVR.

Vital Nshimirimana a rappelé notamment les exécutions de Muyinga en 2006 qui sont restées impunies jusqu’à l’heure actuelle alors que Clotilde Niragira était ministre de la justice.

Le cas aussi de l’emprisonnement « arbitraire » de l’ancien Président de la République Domitien Ndayizeye et de son Vice Alphonse Mairie Kadege, « méchamment » humiliés et torturés au cours de cette même période, ainsi que la libération des milliers condamnés ayant versé dans les massacres de 1993 et suivants.

Le même commissaire de la CVR lorsqu’elle était ministre en charge des droits de l’homme, des dizaines de cas d’exécution extra judiciaires se sont commis et sont resté impunis alors qu’en vertu de ses pouvoirs, devait-elle contribuer à la répression des dits crimes, poursuit le délégué général du Forsc.

Convaincu que le Burundi attend de connaitre la vérité sur les crimes du passé, et mérite ainsi de bons commissaires compétents, probes et intègres, Vital Nshimirimana estime que la vérité doit commencer par les commissaires eux même.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

260 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Mshaidi   ce  jeudi 11 décembre 2014   à 10 : 44 : 26

Ariko nous autres Burundais nous sommes des éternellles insatisfaitq et insatisfaisable.Tout le monde acclame une cvr constituée d’homme intègre et Toi Vital parce que tu n’en fais pas parti tu es entrain dedire du n’importe quoi.Mbe hoho L’église ne fait pas parti de la socièté civile ?



Par Mshaidi   ce  jeudi 11 décembre 2014   à 10 : 45 : 26

Ariko nous autres Burundais nous sommes des éternellles insatisfait et insatisfaisable . Tout le monde acclame une cvr constituée d’homme intègre et Toi Vital parce que tu n’en fais pas parti tu es entrain de dire du n’importe quoi.Mbe hoho L’église ne fait pas parti de la socièté civile ?



Par Rose Hakizimana   ce  vendredi 12 décembre 2014   à 00 : 56 : 56

nongeye kuvyo prsident du forsc avuze yibagiye kuvuga ko
mu mtora ya 2010 bavuga ko Clotirde ariwe yarikumwe nu
mu specialiste wu kwiba amatoro babicishije mu ma ordinateur
no mu biharuro
ikindi nukwo abarimwo arabo mu migambwe yakoreye ikibi abarundi none ko bazoraba amabi yo kuva mu 1972 gushika ku ntwaro ya cndd fdd muruwo mugwi hakaba harimwo cndd fdd,fnl na uprona tukaba tuzi ko kahise kabi kobazwa iyo migambwe
wumva hatarimwo amahinyu reka turabe iyo bitera bija



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 3 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 2 %)

MAHOPA : fuite ou enlèvement ?,(popularité : 2 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 2 %)

Burundi : Il faut cesser de harceler les avocats et les journalistes ,(popularité : 2 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 2 %)

Trois leaders de la société civile portent plainte contre Rema FM au CNC,(popularité : 2 %)

Le nouveau locataire de Mpimba n’est qu’ une goute d’eau dans l’océan,(popularité : 2 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 2 %)

3 journalistes menacés au Burundi ,(popularité : 2 %)