Elections de 2015 : L’Union Européenne et d’autres parténaires haussent le ton




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 12 décembre 2014  à 08 : 17 : 55
a

Le président de la république du Burundi a réaffirmé que les élections de 2015 seront meilleures plus que celles que le pays ait déjà connu depuis son indépendance.

Le ton a été plutôt tout autre du côté des bailleurs de fonds de ce pays de la région des grands Lacs. La délégation de l’Union de l’Union Européenne de sa part a encore une fois appelé Bujumbura à respecter le contenu de la feuille de route en prenant à témoin les désidératas de la conférence des évêques Catholiques.

Lors de l’ouverture de la table ronde des bailleurs de fonds pour le Burundi ce jeudi, le président de la république a en effet réaffirmé que les élections prévues pour 2015 ne seront pas entachées de difficultés. Pour lui, la fièvre électorale est toujours logique en politique et partout dans le monde.

Selon lui, il y a et il aura toujours ‘’ des pêcheurs en eau trouble’’ disposés faire échouer le processus électoral ou perturber l’ordre public.

Une mise en garde de Bujumbura est clair sur la question : ‘’ Nous demeurons engagés pour décourager et endiguer le processus électoral’’, a souligné Pierre Nkurunziza .

Le représentant de la Banque Africaine de Développement au Burundi a de sa part souligné que le Burundi devrait recouvrer la paix et la tranquillité pendant et après les élections pour bénéficier du soutien de la part de pays partenaires au développement.

Patrick Spirlet, le Délégué de l’Union Européenne au Burundi dans son discours a plaidé plutôt pour une ouverture de l’espace politique au Burundi.

’’ Les inquiétudes demeurent non seulement sur le processus électorale en cours mais aussi sur le rétrécissement des libertés publiques et des restrictions des libertés publiques. Cette situation d’ailleurs reflétées dans l’analyse faite par le conseil des évêques catholiques doit trouver des réponses », a dit l’Ambassadeur de l’Union Européenne au Burundi.

Dans un communiqué de presse de mardi de la semaine en cours, les pays membres de l’Union Européenne ont demandé au gouvernement de respecter la feuille de route convenue entre les acteurs de la vie politique du Burundi.

Ils ont aussi exigé à Bujumbura de se conformer aux standards internationaux par rapport aux élections prévues en 2015.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

341 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Mafaranga Juvénal   ce  vendredi 12 décembre 2014   à 16 : 02 : 32

L’Union Européenne et d’autres partenaires le savent très bien : ils ont le droit et le devoir d’exiger des élections comme ils les pratiquent chez eux !
Après tout ce sont aussi eux qui financent en grande partie ces élections...



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 4 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 3 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 2 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 2 %)

L’Union Européenne préoccupée par la situation d’insécurité au Burundi ,(popularité : 2 %)