L’OAG appelle la CENI à se ressaisir




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 12 décembre 2014  à 08 : 29 : 46
a

L’Observatoire de l’Action Gouvernementale au Burundi interpelle la Commission Electorale Nationale Indépendante à faire preuve de neutralité en conduisant le processus électoral.

Lorsque l’Observatoire de l’Action Gouvernementale rendait publique son rapport sur la gouvernance au cours de ce dernier trimestre, elle a plaidé pour des élections libres, apaisées, transparentes et équilibrées pour 2015.

Le consultant Nduwayo Onesphore a surtout demandé à la CENI d’écouter toutes les parties prenantes aux élections en cours.

De la part de ce consultant, cette institution n’a pas intérêt à banaliser les revendications parfois fondées des partis politiques de l’opposition puisque ce sont les Burundais qui vont élire leurs représentants en 2015 et non la CENI.

A la question de savoir sa position par rapport aux revendications de ces mêmes partis politiques qui plaident pour la suspension du processus d’enregistrement, l’OAG ne passe pas par quatre chemins.

« Lorsque 18 partis politiques osent faire un sit - in devant les bureaux de la CENI en demandant d’être entendus, nous estimons que le dialogue devrait prévaloir sur les crispations », a souligné Nduwayo Onesphore.

L’OAG juge en effet que la correction des irrégularités jusqu’ici remarquées pendant le processus d’enrôlement des électeurs est une meilleure façon d’aboutir aux élections de nature à amener les Burundais sur la dynamique de la démocratie.

Cette organisation de la société civile a demandé au gouvernement du Burundi de s’investir pour le retour de la paix et de la sécurité à travers le pays.

« Le gouvernement est le premier responsable de la sécurité des Burundais comme de celle des étrangers vivant sur le sol Burundais », a – t- il ajouté en rappelant combien la sécurité s’est détériorée ces derniers jours à travers les coins du pays à cause des hommes en manteaux.

L’OAG qualifie de ‘’spectre’’ les fraudes qui s’observent dans le processus électoral.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

142 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Mafaranga Juvénal   ce  vendredi 12 décembre 2014   à 15 : 58 : 01

La banalisation des revendications est un signe de faiblesse et de panique qui reflète un mépris et une arrogance répugnante d’une partie de la classe dirigeante envers une population qui ne demande qu’être traitée et gérée avec dignité.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 2 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 2 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri tentée par l’usage de la force pour obliger le gouvernement à négocier,(popularité : 2 %)

L’Union Européenne préoccupée par la situation d’insécurité au Burundi ,(popularité : 2 %)

L’ADC Ikibiri salut le choix du Président Nkurunziza sur les négociations ,(popularité : 2 %)