Le secteur thé du Burundi envisage des extensions à grande échelle jusqu’en 2016




Par: Désiré Nimubona , mercredi 25 janvier 2012  à 16 : 14 : 44
a

L’Office du Thé du Burundi, OTB compte arriver à plus de 14.611 tonnes en 2016, a souligné la Directrice Agronomique de cette institution, Mme Yvonne Girukwishaka, dans une interview ce mercredi à Bujumbura.

« En 2011, l’entreprise a récolté au moins 8.816 tonnes alors qu’elle avait prévu 7.500 tonnes seulement.

« En 2010 l’OTB avait produit 8.025 tonnes alors qu’elle avait prévu uniquement 7.000 tonnes. »

La direction agricole de l’OTB souligne qu’elle a pris pas mal de mesures pour rendre la production du thé plus grande avec un bon goût pour l’attraction des acheteurs de tous les horizons.

Ainsi, raconte Mme Yvonne Girukwishaka, depuis cette année 2012, l’entreprise va faire des extensions agricoles du thé, et chaque complexe théicole ajoutera au moins 50 ha sur sa superficie de thé.

« En plus les plants de thé seront distribués à chaque personne qui le réclame pour que des particuliers puissent aussi faire des extensions dans leurs champs ou tout simplement commencent à le cultiver pour ceux qui ne le cultivaient pas encore.

« L’OTB va aussi procéder à une récupération des parcelles abandonnées depuis un certain temps alors qu’elles contenaient du thé et les rendre utiles ».

Mme Girukwishaka dit que le dosage en engrais tel que recommandé par l’ISABU dans les plantations de thé sera aussi désormais respecté par cette entreprise.

En plus, « l’OTB ne compte pas rester derrière les autres pays dans l’usage des techniques modernes de récolte de thé », souligne la directrice agronomique, assurant que bientôt, il sera question d’utiliser des machines à tailler dans la récolte du thé.

Des problèmes malgré le succès

Malgré le succès enregistré ces dernières années, et les plans d’avenir de cette entreprise de thé du Burundi, des défis ne manquent pas, selon la Directrice agronomique de l’OTB.

« Nous avons un manque criant de main d’œuvre dans le domaine de la cueillette du thé » déclare Mme Girukwishaka, ajoutant que malgré les bonnes conditions dans lesquelles se trouvent certains travailleurs, ceux-ci arrivent même à refuser de travailler à cause d’une certaine naïveté.

Selon la directrice agronomique, il y a une grosse quantité de thé qui reste non récoltée suite à ce même manque de main d’œuvre, surtout lors de la cueillette de ce café.

En plus, l’OTB fait face à la mauvaise qualité des routes dont elle se sert pour collecter le thé récolté, selon Mme Girukwigomba dans son entretien.

« On est obligé de faire des entretiens de routes et des ponts qui se trouvent dans les régions où l’OTB travaille alors que ne n’est pas notre champ d’intervention », souligne-t-elle, indiquant tout simplement que cette question devrait plutôt trouver de réponse ailleurs.

Le Burundi est des pays au monde avec un thé de bonne qualité, selon plusieurs sources. Depuis un certain temps son chiffre d’affaire ne cesse de croitre suite aux beaux prix sur le marché international, l’augmentation de la production et surtout l’augmentation de la demande sur le marché.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

726 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 6 %)

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 5 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 5 %)

Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 5 %)

Une ONG demande au Gouvernement de rembourser sa dette à la Banque Centrale ,(popularité : 4 %)

Des conflits autour de la salubrité en Marie de Bujumbura ,(popularité : 4 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 3 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 3 %)

SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi,(popularité : 3 %)