Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


L’expert des Nations Unies appelle à la collaboration entre la CVR et la société civile




Par: Aubin Niyonkuru , mercredi 17 décembre 2014  à 07 : 47 : 30
a

L’expert des nations unies sur les droits de l’homme déplore que la commission vérité et réconciliation n’ait pas intégré les membres de la société civile contrairement aux conclusions découlant des consultations populaires.

Au cours d’une conférence de presse ce mardi à Bujumbura, Pablo de Greiff a précisé que le fait d’ignorer la société civile pèse sur la commission de 2 façons. D’abord, cela prive la commission des capacités et de l’expertise qui existe clairement au sein de la société civile burundaise, des capacités qui ont été enrichies au fil du temps, avec beaucoup d’efforts, et qui auraient beaucoup apporté au travail de la commission. Ensuite, cela prive la commission d’une motion de confiance et de crédibilité qui nécessite d’être construite.

« Aucune commission ne peut se permettre de se passer de ces formes de soutien et d’autres formes d’assistance, qui dépendent toutes de la confiance qu’offrent les victimes et les organisation de la société civile », a déclaré Pablo de Greiff.

Pour cet expert des nations unies, les décisions ultérieures de la CVR doivent montrer une prise de conscience sur la nécessité de gagner sa confiance, d’établir son indépendance de tous les « agendas politiques », de sa volonté à intégrer l’expertise des organisations de la société civile, et de son accès et ouverture envers la société civile en général et aux victimes en particulier, « indépendamment de leur identité ethnique ou affiliation politique ». Pour ce, Pablo de Greiff indique que toutes les parties prenantes, dont les organisations de la société civile ainsi que la communauté internationale ont des raisons de rester vigilantes.

Cet expert des nations unies a rappelé qu’il y a un sentiment largement répandu qu’il s’agit d’une commission de réconciliation et pour être précis, d’une commission pour le pardon, inquiétude aussi partagée par certaines organisations de la société civile locales. « Mais, il y a une différence entre le pardon et la réconciliation, a-t-il ajouté.

Il a expliqué que la plupart des commissions de vérité n’ont, en fait, pas eu de lien direct avec la réconciliation. « Même celles qui ont ajouté le mot ‘réconciliation’ dans leur nom, ont été claires sur le fait que leur fonction première était d’établir la vérité et tout potentiel de réconciliation que pouvait avoir la commission dépendrait de sa capacité à fournir un compte rendu détaillé, convainquant, impartial, et fiable des violations qui ont eu lieu ».

Cet expert des nations unies était en visite au Burundi depuis quelques jours sur invitation du gouvernement pour s’enquérir de l’étape franchie dans la mise en place des mécanismes de justice transitionnelle. Pablo de Greiff a rencontré certaines victimes de violations massives passées,suite aux événements survenus à Bugendana, Gatumba, Itaba, Kimina et Nyambeho.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

297 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC





Les plus populaires
Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 16 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 16 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 16 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 14 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 13 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 13 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 12 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 12 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 12 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 11 %)