Quiproquo entre les politiques




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 17 décembre 2014  à 14 : 55 : 16
a

Le ministre de l’intérieur et les acteurs politiques ont divergé sur l’issue de la rencontre qu’ils ont tenu ce mardi après-midi devant certains des diplomates. Alors que le ministre de l’intérieur estime que l’espace politique est ouvert pour les acteurs politiques, ces derniers ont plutôt parlé d’une rencontre qui a accouchée d’une souris manquée.

Cette rencontre a eu lieu dans l’après-midi de ce mardi en présence des Représentants de la Conférence des évêques Catholiques au Burundi, de l’Ambassadeur de l’Union Africaine et de celui de l’Union Européenne.

A la fin de cette rencontre le ministre de l’intérieur a précisé que cette rencontre avait pour objectif de stimuler les acteurs politiques à s’organiser en coalition comme ils sont en train de s’organiser en conséquence.

Pour Edouard Nduwimana , le gouvernement soutien effectivement cette dynamique car il ne sert à rien de vivre dans une tension politique permanente. « Nous leurs demandons qu’ils puissent formaliser leurs coalitions et de sauvegarder la sécurité des citoyens », a souligné Edouard Nduwimana.

Chauvineau Mugwengezo a de sa part indiqué qu’il espérait qu’à l’issue de cette rencontre le déverrouillage de l’espace politique allait devenir une réalité. « Hélas, Monsieur le ministre de l’intérieur il n’y a rien qui puisse nous rassurer que l’espace politique et déverrouillé pour nous », a souligné le président de l’Union pour la Paix et le Développement, UPD non reconnu par le ministère de l’intérieur. Chauvineau Mugwengezo a précisé qu’il voudrait pas entendre le ministre de l’intérieur dire qu’ils ont cautionné les résultats du fichier d’enrôlement.

Les acteurs politiques qui avaient participé à cette rencontre sont Rwasa Agathon, Charles Nditije et Chauvineau Mugwengezo. Tous les 3 se réclament respectivement président des partis FNL, Uprona et UPD-Zigamibanga. Les bureaux de leurs partis politiques respectifs enregistrent même s’ils ne sont pas reconnus par le ministère de tutelle comme président de ces partis politiques.

Pour illustration Rwasa Agathon a derrière lui, 61 membres du bureau politique des FNL sur les 64 qui le composent.

Pourquoi cette rencontre même si elle a raté ? Mieux vaut la feuille de route que l’union des acteurs politiques pour le pouvoir. Un secret.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

628 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Burundi : Des condoléances suite à la mort de l’ancien « terroriste », et médiateur Nelson Mandela ,(popularité : 6 %)

Les communes de la Mairie seront Muha, Mukaza et…mais ,(popularité : 5 %)

QPN : Les élections présidentielles se sont déroulées « dans le calme et dans la transparence »,(popularité : 4 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 4 %)

L’Est de la RDC, fief des opposants et des pros du pouvoir de Bujumbura ,(popularité : 4 %)

Quelle est la racine du mal pour l’Uprona ?,(popularité : 3 %)

‘’ L’appel des leaders politiques en exil au retour au pays est une intrigue’’,(popularité : 3 %)

Peut–on parler de campagne électorale ?,(popularité : 3 %)

Le frodebu demande au président Nkurunziza de sortir de son silence ,(popularité : 3 %)

Moïse Bucumi a eu raison sur la chambre basse,(popularité : 3 %)