La candidature de Pierre Nkurunziza en 2015 toujours polémiquée




Par: Aubin Niyonkuru , vendredi 19 décembre 2014  à 15 : 56 : 49
a

Le Président de la République a repris la même réponse que celle qu’il avait déjà donnée à certains médias étrangers sur la question de sa probable candidature dans les élections de 2015. « Ce n’est pas à moi de me porter candidat. C’est le congrès du parti qui décide le candidat à présenter conformément à la loi », a répondu Pierre Nkurunziza au cours d’une conférence publique animée ce vendredi dans la province de Ruyigi (Est du Burundi).

Cette réplique avait déjà été donnée à 2 reprises par le Président de la République devant les journalistes de différents médias internationaux. D’ abord c’était devant un journaliste de Rfi, ensuite devant celui de la chaine Al jazeera.

"Si mon parti décide de me présenter comme candidat à la Présidence de la République, il aurait bien consulté les lois pour analyser si je remplis les critères", avait expliqué Pierre Nkurunziza à ces journalistes.

Cette réponse qualifiée d’ « échappatoire » par certains laisse toujours derrière elle des polémiques. L’opposition et la société civile ont toujours dit qu’il se cache dans cette réponse l’intention de se porter candidat pour la 3e fois. D’abord, Pierre Nkurunziza a été élu par voie de suffrage universel indirect en 2005. En 2010, il a été élu par voie de suffrage direct.

Pour les 2 scrutins, il n’avait presque pas de concurrents, puisque les partis de l’opposition se sont retirés des élections présidentielles en 2010, arguant les fraudes massives qui ont eu lieu au cours des élections communales.

La constitution du Burundi limite à 2, les mandats de Président de la République. Lors de la précédente réunion de l’organisation mondiale de la francophonie, le Président François Hollande a demandé aux Présidents Africains d’éviter les tripatouillages des constitutions pour se pérenniser au pouvoir. Cette intervention survenait un mois après la chute du pouvoir Compaoré. Celui-ci allait modifier la constitution du Burkina Fasso pour la 5e fois afin de briguer un 5e mandat. Il a pris fuite à la suite d’un soulèvement populaire qui ne voulait pas une révision de plus de la constitution.

Sur la question de savoir si le Président Nkurunziza ne craint pas le scénario Burkina Fasso, il a dit que le Burundi et le Burkina Fasso sont deux pays politiquement différents. Aux Burundais leur problèmes politiques, et aux Burkinabés les leurs, a-t-il annoncé.

Il a fait savoir qu’il a lui-même retiré de l’assemblée nationale le projet de loi portant révision de la constitution après qu’il ait été rejeté par les élus du peuple, pour justifier qu’il n’a pas l’intention de modifier la constitution pour ses intérêts.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

788 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 25 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 2 %)

Vol direct Bujumbura-Johannesburg de nature à rapprocher les deux peuples ,(popularité : 2 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)

Pancrace Cimpaye : des zones d’ombres sur son retour au pays,(popularité : 2 %)

Les Français de Bujumbura ont fêté leur Fête Nationale ce samedi ,(popularité : 2 %)

Une histoire de la nyakurisation politique ,(popularité : 2 %)

Le BNUB change de patron,(popularité : 2 %)

Une rhétorique de mésentente entre le CNDD FDD et le FORSC autour de la gouvernance ,(popularité : 2 %)

Gestion des partis politiques : L’opposition et le pouvoir se jettent le tort ,(popularité : 2 %)