L’ADC-Ikibiri insiste toujours pour les négociations avec le Gouvernement




Par: Désiré Nimubona , jeudi 26 janvier 2012  à 17 : 53 : 58
a

Le président en exercice de l’Alliance des Démocrates pour le Changement, ADC Ikibiri, Léonce Ngendakumana, dit que l’opposition se trouve en bonne position pour négocier avec le Gouvernement burundais sur des questions qui ont causé le « malaise politique » que connaît le pays.

« Nous sommes en bonnes position de force politique pour négocier avec le Gouvernement sur tout ce qui ne va pas », a déclaré Léonce Ngendakumana dans une conférence publique animée ce mercredi à Bujumbura au siège de la Maison de la Presse burundaise.

L’ADC-Ikibiri souligne également que l’appel aux négociations entre les partenaires politiques burundais n’est plus l’affaire des opposants uniquement, mais plutôt l’affaire de tous ceux qui aiment le Burundi et qui veulent que le pays ne retombe en recul en ce qui est de la démocratie.

Lors de cette conférence publique, qui avait vu la participation de certaines missions diplomatiques accréditées à Bujumbura, de même que les membres des autres organisations, Ngendakumana a fustigé le comportement de certains généraux de l’armée et de la police, qui veulent faire de la politique, en refusant au Président de la République de négocier avec l’opposition burundaise.

Léonce Ngendakumana a fait savoir que l’opposition qu’il dirige pour le moment n’a pas un appétit aigu pour réclamer des postes au Gouvernement, raison pour laquelle le pouvoir ne devrait pas refuser cet appel, a-t-il souligné.

« Nous voyons qu’ils tiennent beaucoup sur les postes qu’ils ont, (…), mais nous savons comment on devient député ou sénateur » a souligné Ngendakumana, rassurant ainsi l’intention de l’opposition burundaise « de négocier pour le futur du pays et non sur les postes au Gouvernement ».

L’opposition burundaise, selon Ngendakumana, est couronnée de succès ces derniers jours. Il souligne que l’objectivité politique de cette coalition a conduit à la libération de l’un des leaders de cette alliance, Alexis Sinduhije, mais aussi à la multiplication des appels de négociations de la part de tous ceux qui aiment le Burundi, y compris les bailleurs de fonds, les églises, la communauté internationale, et même la société civile.

« Quoi qui arrive, les négociations doivent avoir lieu », a conclu l’ancien président de l’Assemblée nationale.

L’opposition burundaise réunie au sein de l’Alliance des Démocrates pour le Changement ADC-Ikibiri regroupe 11 partis politiques ayant en commun le rejet des résultats des urnes de mai 2010.

Selon le Secrétaire Permanant au Ministère de l’Intérieur Evariste Nsabiyumva, dans un entretien avec la radio Isanganiro ce matin à Bujumbura, la coalition reste toujours illégale, car, estime-t-il, elle n’est pas reconnue par aucune loi en vigueur dans ce pays.

La conférence publique s’est tenue ce mercredi à Bujumbura en présence de certains diplomates, des partis politiques de l’opposition, les médias, et même quelques uns du parti présidentiel.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1162 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 13 %)

La nouvelle législation sur le CNC : une adoption sous controverse,(popularité : 3 %)

CNDD-FDD : Plus qu’un meeting à Bujumbura,(popularité : 3 %)

Le Président Nkurunziza promet à Ban Ki-Moon son engagement à un dialogue inclusif ,(popularité : 3 %)

Les communes de la Mairie de Bujumbura réduites à trois ,(popularité : 3 %)

Burundi : L’avant-dernier pas de l’amendement de la constitution burundaise,(popularité : 3 %)

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?,(popularité : 3 %)

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques,(popularité : 3 %)

Transfert temporaire du siège de la CIRGL,(popularité : 2 %)

Lucien Rukevya : Le SNR ne travaille pas tambour battant,(popularité : 2 %)