Enseignement supérieur pour les aveugles - nés : Question métaphysique au Burundi




Par: Marc Niyonkuru, , vendredi 26 décembre 2014  à 20 : 26 : 26
a

Jean Claude Gahimbare, le seul burundais né aveugle vient de terminer l’enseignement secondaire au Rwanda. Il fait appel aux âmes charitables pour l’aider à payer l’enseignement supérieur dans d’autres pays où les infirmes ont accès à pareille éducation.

Lunette sur lui, il s’était fait accompagner du représentant de l’association des aveugles au Burundi lorsqu’il est entré dans les locaux de la Radio Isanganiro pour cette requête ce vendredi. Jean Marie Ndayisaba , le représentant de cette association lui servait de guide. Selon lui, cet élève a bénéficié d’une formation à l’enseignement secondaire parce qu’il a bec et ongle réclamé ce droit à l’éducation.

Après la sixième année primaire, ce jeune aveugle a dit qu’il a toqué partout pour bénéficier de cette formation pour l’enseignement au Rwanda puisque le ministère de l’enseignement primaire au Burundi n’a pas encore accordé cette formation en faveur de la jeunesse Burundaise née avec infirmé. « Certains disaient qu’ils sont incapables de m’offrir cette opportunité suite aux manques de moyens financiers », a- t-il souligné.

6 ans après, il se déclare cette fois - ci pret à embrasser l’enseignement supérieur avec la même problématique : celle de ne pas en avoir les moyens financiers pour se les payer.

Selon lui, le gouvernement devrait chercher des moyens financiers pour rendre possible à tous l’accès à l’enseignement supérieur puisque tous les Burundais sont égaux devant la loi. « Mais en attendant, je ne vais pas me lasser pour cette requête auprès de toute âme charitable car j’ai constaté qu’ils existent encore dans ce pays même si elles sont rares dans ce pays », a – t- il ajouté.

Une bonne note pourtant

Jean Claude Gahimbare dit que durant les 6 ans qu’il a fait l’école secondaire, il n’a eu de mauvaise note dans aucune classe. « J’étudiais avec les jeunes élèves normaux pourtant j’ai toujours eu plus de 70% en classe à la fin de l’année plus une bonne note que pour certains d’entre eux », a- t-il ajouté.

En évoquant les autres Burundais infirmes qui croupissent chez eux par manque de moyens financiers pour se payer des frais de l’enseignement secondaire dans une école spécialisée Jean Claude Gahimbare n’en revient pas : « J’estime que je suis en mesure de faire l’enseignement supérieur à l’instar de certains d’autres Burundais même si je suis aveugle » a –t -il lancé.

L’Association Burundaise pour les mal voyants dont Jean Claude Gahimbare est membre demande aux bienfaiteurs de lui venir en aide. Jean Mairie Ndayisaba dit que ce jeune pourrait plaider dans l’avenir pour la construction des écoles spécialisées pour aveugles dans l’avenir. Selon lui, le Burundi a intérêt à donner sa contribution pour que cette catégorie de Burundais ne soient pas reléguées à l’écart à matière d’accès l’éducation au primaire comme au secondaire et meme au supérieur.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

343 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message