L’heure des spéculateurs sonne dans le transport




Par: Aubin Niyonkuru , vendredi 26 décembre 2014  à 20 : 30 : 00
a

Les transporteurs privés exagèrent dans la revue en hausse des frais de transport pendant cette période des fêtes de fin d’année selon l’association burundaise des consommateurs. Le porte-parole de cette association dénonce un phénomène qui se répète à chaque fois que s’approchent les fêtes de noël et de nouvel an. « C’est un comportement déplorable qui revient cette année », selon le porte-parole de l’Abuco.

Une avancée très remarquable avait été franchie l’année passée puisque le ministre du transport avait réuni différents intervenants dans le domaine de transport pour arrêter les mesures nécessaires qui allaient permettre de juguler ce phénomène, a précisé Pierre Nduwayo.

Ce ministère avait réuni les représentants des consommateurs, ceux du domaine de transport et ceux de la police de roulage qui avaient sorti un communiqué conjoint appelant les transporteurs au respect des prix fixés.

Malheureusement cette avancée de l’année passée n’a pas été poursuivie pour cette année, poursuit le porte-parole de l’Abuco. Pour Pierre Nduwayo, il n’est jamais tard pour bien faire. Il invite les ministères ayant le transport, et celui ayant le commerce dans leurs attributions de réunir tous les intervenants afin que les spéculations qui se sont observées à la veille de la fête de noël ne se répètent pour la fête de nouvel an.

A la veille de la célébration de la fête de Noël, les transporteurs privés avaient doublé, voire triplé les frais de transport pour ceux qui se rendaient à l’intérieur du pays. L’association des transporteurs du Burundi dénonce cette pratique des spéculateurs. Seif Mugabo, président de l’Atrabu appelle la police de roulage à faire respecter les frais de transport fixés. Même son de cloche pour le porte-parole du ministère de transport. Jeanne Mukenguruka appelle les passagers à dénoncer de tels cas à la police de sécurité routière. Elle fait savoir que les bus de l’office de transport en commun ont été multipliés pour faciliter le transport pendant cette période des fêtes de fin d’année.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

348 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par debrouilard   ce  vendredi 26 décembre 2014   à 21 : 46 : 17

Dans un pays sans lois,...dans un pays des voleurs,...on fait comme les voleurs. Dommage au petit peuple qui en souffre.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 11 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 10 %)

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara,(popularité : 8 %)

La Télévision Nationale : Des fortes pluies ont endommage son émetteur ,(popularité : 7 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 7 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 6 %)

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 6 %)

Le saignement chez la femme : Un problème de décollement placentaire,(popularité : 6 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 6 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 6 %)