2015 : Le Belgique a les yeux regardant




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 7 janvier 2015  à 20 : 54 : 27
a

Le Vice - Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères dit que les observateurs du processus électoral en cours vont d’ici peu venir au Burundi pour suivre le processus électoral.

Dans une conférence de presse qu’il a dirigée ce mercredi sur le contexte politique et sécuritaire qui prévaut dans ce pays après sa rencontre avec la société civile Burundaise, Didier Reynders a dit qu’il s’avère important que la communauté internationale et en particulier l’Union Européenne suive le processus électoral et son environnement politique pour que le débat contradictoire devienne une réalité dans ce pays. « C’est pour ça que nous insistons tellement, non seulement sur le respect des Accords d’Arusha, mais aussi sur son esprit et ses modalités », a souligné Didier Reynders.

De la part de ce diplomate, la communauté internationale et surtout le Burundi devrait éviter l’embrasement de la violence à travers tout le pays. « C’est vraiment la préoccupation non seulement de la Belgique mais aussi du Burundi », a-t-il souligné.

Oui et non autour du 3ème mandat de Pierre Nkurunziza

A propos du mandat de Pierre Nkurunziza en 2015, Didier Reynders a dit qu’il serait précipité de donner la position de la Belgique puisque même les Burundais divergent encore sur celui-ci. « Les actions que nous mettons : Il y a des règles qui existent ; il y a les Accord d’Arusha et leurs philosophies. Ça devrait rester dans cette philosophie là » a ajouté le ministre belge de la Coopération au développement Alexander de Croo.

Les préalables pour la paix au Burundi après 2015

La société civile Burundaise de sa part n’a pas mâché les mots. Pendant cette rencontre à huis clos, elle a eu à préciser les préoccupations pendantes avant et après les élections de 2015 de nature à constituer un obstacle au retour à la paix dans ce pays.

De la part de Pierre Claver Mbonimpa, la polémique autour du mandat de Pierre Nkurunziza en 2015 devrait trouver solution. Sur ce, la société civile estime que le retour de Pierre Nkurunziza en 2015 serait une violation de la constitution et même de l’Accord d’Arusha.

Outre la neutralisation des forces négatives en République Démocratique du Congo de nature à perturber la sécurité au Burundi, la société civile juge que les irrégularités qui ont été observées pendant l’enrôlement des électeurs à défaut de quoi les élections de 2015 ne seront pas porteuses de paix. « Nous estimons que l’Union Européenne ne devrait pas soutenir financièrement les élections en cours pour contraindre Bujumbura à corriger ces irrégularités », a souligné Pierre Claver Mbonimpa.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

539 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Ernest   ce  jeudi 8 janvier 2015   à 02 : 05 : 57

C’est regretable ko tubandanya kugendera kubintu bidafise agaciro !! none ayo ma accords d’arusha azodushikana ryari ? Ko mukirundi bayamaze ngo : umwana apfa mw’iterura. umugani ugana akariho bagenzi !! Mwabonye ko nabo babiligi ya société civile ya babanyenda mbi bacu ngo abanyapolitique bagendera ko barumaze. Ayo masezerano n’amanyanga gusa . mbe urabona umuntu adutwaye 10 ans tukaba dufise une constitution avec les articles contradictoires, zishobora kumufasha no kwiyongera akarenza iyindi mwaka cumi ? kubera ko ari frodebu yasinye bwambere ntiyashoboye gusoma ngo batahure neza izo contradiction, ahubwo ntimurabona !! abo baporona barmaze kutega amamines igihugu cose, utegura imwe ugasanga imbere hari ijana zikenewe gutegurwa ?? Tuja he ???



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques



a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda





Les plus populaires
Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 77 %)

Sénatoriales en cours à travers le pays,(popularité : 7 %)

Investiture des administrateurs communaux issus des élections de 2015,(popularité : 7 %)

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 7 %)

Une histoire de la nyakurisation politique ,(popularité : 6 %)

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais,(popularité : 6 %)

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !,(popularité : 5 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 5 %)

"La radiation du groupe parlementaire Uprona n’a pas raison d’avoir lieu ’’,(popularité : 5 %)

Une majorité de burundais soutiennent la limitation des mandats présidentiels à 2 ,(popularité : 5 %)