Le problème des FDLR toujours réel à l’Est de la RDC




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 14 janvier 2015  à 07 : 05 : 40
a

La traque contre les forces négatives opérant à l’Est de la République a encore eu lieu contre les rebelles FNL ce lundi selon le porte-parole de la Monusco. L’une des spécialistes de la Région des Grands Lacs Colette Braeckman estime que l’opération de neutralisation de ces forces risque de ne pas porter d’effet surtout à l’égard du Rwanda car seulement 350 rebelles hutus se sont rendus dans des centres de démobilisation.

Un sommet des présidents de l’Afrique australe et de la région des Grands Lacs sur la question des rebelles rwandais dans l’Est de la République démocratique du Congo qui était prévu le 15 de ce mois à Luanda a été annulé il y a deux jours, de quoi faire reporter à plus tard le retour de la paix dans la région selon certains analystes.

L’information a été rendue publique par l’Angola, le pays qui devait abriter ce sommet ce dimanche. Joaquim do Espirito Santo, directeur Afrique du ministère angolais des Relations extérieures a dit en effet que ’’la décision d’engager une action militaire contre les FDLR (Forces démocratiques de libération du Rwanda) a déjà été prise et qu’il ne reste maintenant qu’à la mettre en œuvre’’, une manière selon Rwanda de ne pas attacher l’attention voulue à la question des FDLR.

Colette Braeckman, professeur et spécialiste de la Région des Grands Lacs, les FDLR ne sont pas rendus. La plupart d’entre eux sont allés dans des cachettes vers Kisangani et la Région de l’Equateur. Ils ont abandonné la lutte armée car seuls les rebelles ADF Nalu , rebelles Ouganda et ceux du FNL ont été neutralisés selon Colette Braeckman dans ses carnets. Les rebelles FDLR restent comme ils étaient avant les opérations de la Monusco en collaboration avec l’armée congolaise selon Rwanda.

Guerre de mot autour des FDLR

L’annulation de ce sommet a ouvert la porte à nombre de remous dans les pays membres de la SADDC. Louise Mushikiwabo, exige au Forces Armées de la République Démocratique du Congo et à la MONUSCO de mener en commun des opérations de bouclage et de ratissage pour traquer ces rebelles FDLR.

L’Afrique du sud et la Tanzanie qui , selon une certaine opinion ne tisseraient pas de bonnes relations avec Kigali se sont rétractés. Ces deux pays n’entendent pas envoyer leurs forces à l’Est de la RDC aussi longtemps que les rebelles ne seraient pas séparés de la population. Martin Kobler, le patron de la Monusco a dit que les Casques bleus de la Monusco vont se lancer dans les opérations militaires contre les FDLR sauf qu’ils attendent’’ le feu vert de Kinshasa’’.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

857 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message