Les vendeurs de cartes de recharges dans le désarroi




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 20 janvier 2015  à 06 : 53 : 59
a

Les vendeurs ambulants de carte de recharges disent que ce travail ne génère plus du sous à cause de la hausse des prix par minutes sur les appels téléphoniques. Ces personnes disent en particulier que cette baisse de revenue dans cette activité est due en particulier à la suppression de certains avantages dont sont responsables les patrons des entreprises de téléphonies mobiles.

Certains de ces vendeurs ambulants disent en particulier que leurs chiffres d’affaires journalier a connu une réduction variant entre 30 et 50% ce lundi . « Au départ, je rentrais le soir après avoir vendu une soixantaine de cartes de recharges de milles francs mais aujourd’hui, c’est par chance si je parviens à vendre la moitié jusqu’au soir », a souligné l’un de ces vendeurs ambulants.

Jusqu’à présent, la date à laquelle cette divergence de vue entre le gouvernement et les entreprises de téléphones mobiles n’est pas connue. Le ministère des finances accuse les entreprises de téléphones mobiles de probable évasion fiscale pour essentiellement avoir déclaré le nombre de minutes qui n’est pas vraie pour l’année écoulée.

De leurs côtés, les entreprises disent que parmi les minutes accordées aux clients, figurent d’autres qui normalement ne sont pas facturés pour les clients parce qu’elles rentrent dans le cadre de la publicité.

Le professeur Charles Nihangaza a indiqué que cette polémique est lourde de conséquence pour l’économie du Burundi en général mais aussi pour la population elle-même.

Il a demandé aux uns et aux autres de s’entendre pour débloquer cette crise qui selon lui, ne profite à personne. Dans l’entre temps, les organisations de la société civile engagée dans la campagne contre la vie chère ont déjà donné leurs points de vues. Elles menacent de recourir à ce que leur accorde la loi notamment les manifestations pacifique.

En date du 8 de ce mois, les entreprises de téléphones mobiles opérant au Burundi ont ajouté 42fbu sur les appels à l’intérieur du pays par minutes. Comme motivation, elles ont souligné que cette mesure visait à leur permettre de s’acquitter de la taxe récemment ajouté par le ministère des finances.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

823 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 4 %)

Le budget général de 2015 toujours déficitaire,(popularité : 3 %)

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM,(popularité : 3 %)

SOSUMO : Le sucre produit en abondance mais reste insuffisant,(popularité : 3 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 2 %)

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 2 %)

SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi,(popularité : 2 %)

Le budget 2016 voté par le parlement burundais,(popularité : 2 %)

Burundi : Revenue National Moyen par Habitant estimé à 280 $ en 2013,(popularité : 2 %)

Les experts se penchent sur la vie économique de l’EAC au Burundi avant l’Union Monétaire ,(popularité : 2 %)