Première nuit de Bob Rugurika à Mpimba




Par: Marc Niyonkuru, , mardi 20 janvier 2015  à 18 : 08 : 20
a

Bob Rugurika , Directeur de la Radio Publique Africaine et en même temps Journaliste qui avait travaillé à travers une série de reportages sur l’assassinat des 3 sœurs italiennes a été conduit dans la prison centrale de Mpimba. Les journalistes de la RPA et les défenseurs des droits de l’homme au Burundi s’inquiètent de la sécurité de ce journaliste puisque les informations à leurs dispositions indiquent qu’ils risquent d’être incarcéré dans un quartier qu’ils estiment ‘’dangereuse’’ dans cette prison.

Comme chef d’accusation, le parquet de la Mairie de Bujumbura reproche à Bob Rugurika trois chef d’accusation à savoir avoir logé un malfaiteur dans les enceintes de la Radio, ne pas avoir collaboré avec les institutions de paix et de sécurité pour prévenir la sécurité du pays et violation du secret d’instruction conformément aux articles art. 481, 38al 4 et 393. 481 du code pénal Burundais.

Les avocats ont cherché à savoir si Bob Rugurika avait comparu comme journaliste ou comme simple citoyen. Après plus d’une heure dans les bureaux du procureur de la république, les représentants du ministère public ont finalement dit que Bob Rugurika avait été convoqué à la fois comme journaliste et comme simple citoyen. Après cette séance au cours de laquelle, le journaliste a déclaré son innocence, il a été conduit directement à la Prison centrale de Mpimba.

Son déplacement a été assuré par les éléments de la police qui a du passé par le quartier asiatique pour éviter les remous avec la population qui était massée dans les rues menant dans la ville de Bujumbura. L’avocat de Bob Rugurika parle lui que l’incarcération de Bob était prévue à l’avance puisque ces chefs d’accusations manquent tout simplement de fondement.

Le général Adolphe Nshimirimana, ancien patron des services national des Renseignements a été pendant quelques temps au tribunal de Grande Instance de la Mairie de Bujumbura. Il a été hué par la population avant de quitter cette localité qui avait vu une marée humaine dès l’avant midi.

Le directeur de la Radio Isanganiro et en même temps président de l’association Burundaise des radiodiffuseurs, ABR, n’en revient pas. Il parle de catastrophe. Vincent Nkeshimana estime que Bujumbura vient de tuer la presse en empêchant Bob Rugurika d’enquêter sur ce dossier d’assassinat des trois sœurs italiennes.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1502 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par kamuntu   ce  mercredi 21 janvier 2015   à 14 : 26 : 23

Après l’attaque meurtrière sur Charlie Hebdo, François Hollande a témoigné son sentiment de solidarité à la famille des hommes et femmes des médias en criant"Je suis Charlie Hebdo". Non pas parce qu’il soutient totalement tout ce que ces journalistes publient, mais pour montrer que personne ne devrait être victime d’un simple exercice de droit de liberté d’expression.

Que serait l’attitude de Pierre Nkurunziza si la Radio RPA subirait une malheur pareille ?
Dans un pays où le gouvernement et la société civile avec les médias se méfient, le gouvernement se servant de l’épée pour faire taire les perroquets et ces derniers s’accrochant sur le droit ; il n’y a que deux choses : soit l’épée remporte et la dictature règne ou l’épée échoue et le détenteur de celle-ci remet le tablier.
Alors au Burundi, qui va perdre entre l’épée et le droit ?
Wait and see



Par Rose Hakizimana   ce  mercredi 21 janvier 2015   à 22 : 24 : 50

Amahoro neza nagira nsabe amaradiyo ni bimenyesha makuru kugira mwandikira abarundi bose abari mu Burundi nabari hanze kugira bavugane umusi bose bohurirako mukugira imyiyerekano bamwe bose aho bari mu ntumbero yo kwiyamiriza iyo leta ku bibi ikorera Abarundi
tusavye ko nimwavyiyumvira mwoca mubishira ma cite yose gurtyo tuca tubisoma murakoze



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Muyinga : deux présumés auteurs d’assassinats acquittés ,(popularité : 3 %)

L’Association des journalistes de l’Afrique de l’est demande la libération de Hassan Ruvakuki ,(popularité : 3 %)

Affaire Nyakabeto : lourdes sanctions contre les opposants à l’expulsion,(popularité : 2 %)

Procès Gatumba: "Parodie de justice",(popularité : 2 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 2 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 2 %)

Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 2 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 2 %)

2011, année des violations massives des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

L’Eglise Catholique dénonce encore des violations des droits de l’homme ,(popularité : 2 %)