Manifestation avec cercueil par Guillaume Harushimana à la Rpa




Par: Marc Niyonkuru, , lundi 26 janvier 2015  à 15 : 25 : 04
a

Guillaume Harushimana , l’auteur présumé dans le meurtre des trois sœurs italiennes et ses proches ont fait un sit in devant les locaux abritant la Radio Publique Africaine depuis 9 heures de ce lundi. Ils réclament des sanctions contre ce média privé.

Sa femme, ses frères et ses autres proches et Guillaume Harushimana lui-même s’étaient donné rendez-vous devant les locaux de la Rpa, pancartes à la main.

Sur la croix qui accompagnait le cercueil vide, l’on lisait ‘’ Je suis Guillaume Harushimana, victime de la RPA’’. Les personnes plaidaient pour des sanctions contre la RPA du moins selon le contenu des pancartes dont ils s’étaient munis. Comme pour illustration, ils disaient : ‘’nous demandons des dispositions nécessaires sur les allégations contre Guillaume Harushimana’.’

Guillaume, un homme au regard fuyant

Au milieu d’une vingtaine de personnes dont ses trois filles qui étaient venues en uniformes d’école primaire dans cette manifestation , Guillaume Harushimana passait l’essentiel de son temps au téléphone. Chaque fois que des tentatives de prises de photos se présentaient, Guillaume Harushimana tournait le dos ou le visage en esquivant.

Il ne s’est pas exprimé personnellement sauf qu’il a délégué son petit frère pour parler aux journalistes à sa place. « Guillaume Harushimana est mort suite aux révélations l’inculpant à travers les reportages de la Rpa sur le triple meurtre , c’est pourquoi nous sommes venus cercueil à la main pour réclamer justice contre de telles allégations » a souligné le petit frère de Guillaume Harushimana.

Une manifestation sous surveillance de la police

Devant la rpa, l’avenue du 1er novembre n’a pas été bloquée pendant cette manifestation. La police obligeait les passants et les véhicules à continuer le chemin puisque chacun voulait s’arrêter pour voir cette scène aux ’’relents d’intrigues théâtrales’’. Devant une entrée de la Rpa bloquée, la police sécurisait ladite marche manifestation. Le petit frère de Guillaume a jugé bon de ne pas s’exprimer lorsque les journalistes ont cherché à savoir si la famille Guillaume Harushimana avait reçu la permission de manifester devant la RPA. Les journalistes de la Rpa là où ils étaient dans leurs locaux n’en ont rien dit sauf qu’ils prenaient des photos.

La police a cherché de savoir quand ces personnes quitteront l’endroit mais sans succès. ‘’Nous pensons que nous allons quitter’’, a dit le frère de Guillaume Harushimana sans autres précisions au moment où celle qui se dit victime de la Rpa appelait même d’autres personnes à le rejoindre.

Vers 10 heures 30 minutes , soit plus d’une heure plus tard , le Commissaire Régional Ouest est arrivé sur place. Il a demandé à Guillaume Harushimana s’il aurait eu une permission pour cette manifestation. Guillaume Harushimana a dit que non et la manifestation a pris fin.

Guillaume Harushimana a été cité parmi les présumés auteurs dans le triple assassinat des sœurs italiennes en septembre dernier. Il aurait contribué dans le déplacement des auteurs du crime. il aurait aussi cherché les uniformes dont les auteurs du crime ont porté avant de lyncher les 3 sœurs puisqu’ils s’étaient déguisés en enfants de chœurs avant de commettre ces crimes.

Manifestation certes, mais c’est une première dans l’histoire récente de ce pays que les manifestants se munissent de cercueil au Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1056 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par Nyandwi   ce  mardi 27 janvier 2015   à 08 : 25 : 01

Vous avez oublié qu’il a prouvé (avec dans son passeport, des sceaux d’entrêe et de sortie des services douaniers du Burundi et du Rwanda), que Guillaume Harushimana se trouvait à Kigali au moment du meurtre !



Par Rose Hakizimana   ce  jeudi 29 janvier 2015   à 15 : 20 : 13

Abagize nabi nabamuretse ngo asubirinyuma aryikoreye Ahubwo ,bari kurimuryamikamwo abona bagaheza bakajana ku mpanda kuko nico gikogwa ca rirya sandugu
Uwakoze amaraso nta bwenge asubira kugira, jewe novuga ko nico ari igihano,ayo na maraso amubiramwo urya azopfa vuba kuko karya nagasema kandi kubona bamuhaye akazi akaca abica mu buzima bwiwe ntazogira amahoro nomusaba koyokwigira muri rirya sandugu akaja mu kibanza ciwe canyuma



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 10 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 7 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 6 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 4 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 3 %)

Muyinga : La Tanzanie et le Burundi clarifient leurs frontières ,(popularité : 3 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 3 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 3 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 3 %)

ONU : Soutenons ce pays en exigeant encore,(popularité : 3 %)