Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain

Sport et culture


Bujumbura abrite la 2ème édition du tournoi de Golf


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


De l’anarchie dans le commerce des médicaments




Par: Aubin Niyonkuru , mercredi 28 janvier 2015  à 16 : 40 : 01
a

L’observatoire du circuit des produits pharmaceutiques s’inquiète du désordre qui s’observe dans la vente des produits pharmaceutiques en général et des médicaments en particulier.

Au cours d’une conférence de presse de ce mercredi à Bujumbura, le président de cette organisation a cité 2 principales causes de cette anarchie qui caractérise ce secteur.

Clément Nshimirimana souligne l’absence d’une réglementation dans le secteur pharmaceutique et l’absence d’inspection de qualité par les organes habiletés.

Pour la 1ere cause, le président de l’OCP dit que le secteur de la pharmacie est régi par une législation dépassée, c’est-à-dire le décret-loi 100 /150 du 30 septembre 1980. Il s’agit d’un décret dépassé vu qu’il n’est pas adapté à la situation actuelle en ce qui est du commerce des médicaments, a précisé Clément Nshimirimana qui ajoute que la preuve est qu’il y a un projet de loi qui a été élaboré pour combler les lacunes dudit décret, lequel traine toujours dans les tiroirs du ministère de la santé.

L’OCP déplore la réticence du ministère de tutelle de présenter ce projet de loi au conseil des ministres pour qu’il soit approuvé. Cette organisation y voit plutôt une manière de trainer pour protéger les intérêts de certains acteurs du domaine de la pharmacie, y compris ceux des agents du même ministère au détriment de la vie de la population.

Pour la 2e cause, il s’observe plusieurs irrégularités, voire même l’anarchie dans le secteur du commerce des médicaments, et cela se fait sous l’œil complice des inspecteurs et du ministère de la santé, selon toujours le président de l’OCP . A titre d’exemple, Clément Nshimirimana indique qu’il s’observe ici et là des officines pharmaceutiques qui se sont substituées aux cabinets médicaux.

Il fait savoir que certaines pharmacies s’arrogent le droit de délivrer les médicaments sans ordonnance médical, d’autres font des consultations alors que cela ne relève pas de leur compétence, tandis que d’autres délivrent des médicaments sans ordonnance médical, sans oublier les pharmaciens qui modifient les ordonnance médicales déjà prescrites par des personnes compétentes, en violation de l’article 16 litera b du décret ci haut cité.

L’OCP recommande au ministère de la santé de bien clarifier où en est les démarches pour faire adopter le projet de la loi qui va régir l’exercice de la pharmacie dans le pays.

Ce ministère doit aussi pour assurer l’ordre dans ce secteur, réserver au département de la pharmacie, médicament et laboratoire le traitement des dossiers de demande d’ouverture des pharmacies, selon l’OCP , qui propose que l’inspection à son tour va s’occuper du contrôle en toute partialité et indépendance.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

339 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par pauldepaul   ce  lundi 2 février 2015   à 18 : 30 : 54

"en toute partialité et indépendance", bravo aux journalistes.

par ailleurs, je pense qu’au pays, le systeme anarchique est vieux : un simple commercant des farines de manioc peut vendre des medicaments ( problemes : mauvaise conservation, vente de medicaments perimés, etc.). le cri d’alarme est sanglant, qu’il puisse arriver à qui de droit.

il y a aussi une histoire de jalousie pour les docteurs pharmaciens qui se voient leur part de marché grignoté par d’autres commerçants.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive





Les plus populaires
Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école,(popularité : 83 %)

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB,(popularité : 44 %)

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain,(popularité : 41 %)

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés,(popularité : 14 %)

Les boissons prohibées, un mal pour le pays,(popularité : 8 %)

Muyinga : Les chrétiens doivent s’engager dans la politique,(popularité : 6 %)

Burundi : Le redéploiement des enseignants : Même la gardienne touchée à Musaga I,(popularité : 6 %)

Hôpital de Muramvya : manque criant de médecins spécialistes ,(popularité : 6 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 6 %)

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises,(popularité : 6 %)