Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai




Par: Désiré Nimubona , vendredi 6 février 2015  à 12 : 30 : 56
a

En mai 2015, les membres du collectif des survivants et victimes des massacres de 1972 se rencontreront devant le siège des Nations Unies pour demander la « reconnaissance du génocide de 1972 contre les Hutus » au Burundi, comme l’explique Dr. Amédée Nkeshimana, Coordinateur en Europe d’un collectif des Survivants des tragédies de 1972.

« Nous sommes un collectif de toutes les ethnies. Il y a parmi nous des tutsi, des hutus et même des étrangers » a dit Nkeshimana dans une interview ce jeudi.

En mai 2014, le même collectif marchait à Montréal, Canada, pour demander la justice une quarantaine d’années après les massacres. Ce rendez-vous de mai prochain s’inscrit dans la ligne des séries de conférences entreprises l’année passée avec comme objectif : « briser le silence sur un Génocide gardé caché » selon le collectif.

Amédeé Nkeshimana explique qu’à part le Mémorial du génocide des arméniens en 1915 de Montréal sur lequel l’on mentionne ce « génocide de 1972 », les autres preuves sont en voies de disparition, y compris même certaines personnes soupçonnées dans cette affaire.

S’exprimant sur le retard dans la réclamation de la réparation des victimes Nkeshimana dit qu’après « avoir vécu une telle horreur, toutes les victimes sont frappées de torpeur, ne pensant qu’à la survie quotidienne. Une fois la survie assurée, on peut penser à s’organiser ».

Le collectif compte aussi travailler avec la CVR « un organe étatique extrêmement intéressant pour le collectif ».

Le collectif salue les Accord D’Arusha qui, selon Amédée Nkeshimana ont beaucoup contribué à la stabilisation du pays, mais dit que ce n’est assez à voir le sang qui a été versé dans ce pays.

En avril 1972, au sud du Burundi, des hommes armés attaquent et tue des civils. Au début de mai 197 2 c’est la même situation à Bujumbura.

En réaction à cette attaque, l’armée va arrêter les intellectuels hutus dans tous le pays, y compris même des élèves, des prêtres, des étudiants, commerçants, …

Au total, selon le Bulletin officiel de l’Etat cité par certains écrivains, 80.000 personnes ont été tuées, bien que d’autres témoignages parlent plus de 300.000 victimes.

Cependant au niveau de ce collectif, l’attaque du Sud du Burundi « ne pouvait pas justifier cette répression » ; tout en doutant même de la crédibilité de ces informations des attaques du sud du Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1726 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par novat nintunze   ce  vendredi 6 février 2015   à 14 : 17 : 09

ce ne sont pas des civils qui ont ete tues au sud, Mais des Tutsis sans disinctions. Et les attaquants etaient des Hutus. C,etait un genocide contre les Tutsis.



Par Yohani   ce  vendredi 6 février 2015   à 15 : 43 : 17

Monsieur Désiré Nimbona,

Vous écrivez que "En 1972, au sud du Burundi, des hommes armés attaquent et tuent des civils". Peut-être l’écrivez-vous de bonne foi. Mais ces hommes armés n’ont pas tués des civils parce qu’ils étaient des civils. Ils ont tué des TUTSIS. Voilà pourquoi ce collectif ne propage qu’une demi-vérité.
Par contre, la répression de Micombero ne visait que des HUTUS. Voilà pourquoi il doit être condamné.

Et c’est pour cela que Chrétien et collaborateurs parlent du Burundi au bord des génocides en cette année-là.



Par Ernest   ce  vendredi 6 février 2015   à 16 : 47 : 34

Bon travail mon cher Dr amédée. Nous devrons continuer à parler haut et fort jusqu’à ce que nous aurions les dépouillés de nos parent assassinés gratruitement et les anterrés dans la dignités. Et pourquoi pas demander aussi la justice pour ces innocents assassiner gratruitement ?? Merci bcp



Par Rose Hakizimana   ce  dimanche 8 février 2015   à 04 : 39 : 44

Nta mututsi yigeze ategura kuhonya abahutu yari integuro ya bahutu bakuru mu Gisoda no mu ntwaro bashaka kuja ku butegetsi babanje kuhonya abatutsi
Kubera Micombero atari agishoboye gutwara,abatutsi barishwe
abasoda lero baca baritegeka mu gutabara Igihugu barenga akarimbi
Habura Intwaro habura n ubutungane nkuku mubona ku ntwaro ya
Nkurunziza amabi ninkaya Nimunyumve neza hica ubutegetsi bubi ntihica ubwoko



Par Rose Hakizimana   ce  dimanche 8 février 2015   à 05 : 00 : 06

Nomubwira nti bavuze ivyo mu 1972 sinibaza ko hapfuye abahutu gusa arabaza neza kuko kirya gihe abatutsi bi Makamba,Nyanza lac,Rumonge,Buyengero,Matana Rutana Ruyigi Cankuzo ku ma Frontiere Abatutsi baratikiye
Nico gituma ivyo mu Burundi hageze aho abantu bakorera hamwe bakanka ko hagaruka Abategetzi umengo ntibazi ico bakora baja ku butegetsi bakagira Igihugu inzu y ubusimbirahamwe



Par Alidi Hicuburundi   ce  lundi 16 mars 2015   à 09 : 05 : 14

Mbe ubwichanyi bwomuri1972 ntibugisumba ubwo kuri reta yankurunziza,nyabuna nafatwe nkurunzi nareta yiwe mureke kuzura akaboze.ubonye iyireta yankuru yicha buri munsi amoko yose akanasahura amatungo yareta.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC





Les plus populaires
Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré,(popularité : 5 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 3 %)

Les réclamations au CFPP de Nyakabiga refont surface ,(popularité : 3 %)

Karusi : La justice acquitte le policier Augustin Bigirindavyi, auteur présumé d’attentat meurtrier,(popularité : 3 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 3 %)

Défense pour Sinduhije auprès du Conseil de Sécurité de l’ONU ,(popularité : 3 %)

Blanchiment d’argent : Où est le procureur général de la république ? ,(popularité : 3 %)

Prisons au Burundi en 2011 : « calvaire pour les détenus »,(popularité : 3 %)

La privatisation des entreprises publiques entachée d’imperfections,(popularité : 3 %)

Remous autour d’une école construite en province de Bururi sur contribution de Rutana,(popularité : 3 %)