L’Ubj attaque la loi régissant la presse aurpès de la Cour de l’Eac




Par: Aubin Niyonkuru , mercredi 11 février 2015  à 13 : 31 : 54
a

La Cour est-africaine a siégé en audience publique ce lundi dans une affaire qui oppose le Gouvernement Burundais à l’union burundaise des journalistes. L’Ubj a saisi cette Cour pour demander l’abrogation de la loi régissant la presse au Burundi qu’elle juge contraire au Traité régissant les pays membres de ladite communauté.

Selon Maitre Armel Niyongere, l’un des avocats de la défense, cette loi viole les articles 6 et 7 qui parlent des principes directeurs des pays membres de la communauté Est Africaine. Ces dispositions disent que chaque pays membres doit se conformer aux principes démocratiques, de bonne gouvernance, et de respect des droits humains sous peine d’être chassé de cette communauté.

Au cours de cette audience publique de ce lundi, l’avocat de l’Etat Burundais a soulevé l’incompétence de la Cour de saisie. Maitre Nestor Kayobera disait que cette juridiction ne pouvait pas statuer sur un cas auquel la Cour constitutionnelle s’est déjà prononcé. L’avocat de l’Etat faisait allusion à la sentence prononcée au mois de juillet en 2014 par la Cour constitutionnelle du Burundi, lequel a invalidé certaines dispositions de la loi régissant la presse pour inconstitutionnalité. « La Cour de l’Eac n’est pas une juridiction de recours de nos juridictions internes », s’est défendu Maitre Nestor Kayobera.

Le siège ne s’est pas plutôt laissé convaincre par l’avocat de l’Etat. Le Président du siège a estimé que l’avocat de l’Etat Burundais confondait l’action intentée devant la Cour constitutionnelle et celle intente devant la Cour de l’Eac. Il a précisé que la 1e action intentée par l’Ubj mettait en cause la loi régissant la presse et la Constitution Burundaise tandis que celle intentée devant la Cour de l’Eac met en cause la loi régissant la presse et le traité régissant les pays membres de l’Eac.

Cette affaire a été mise en délibéré. Cette juridiction a 60 jours pour se prononcer. Les 2 parties se disent toutes satisfaites du déroulement de l’audience. Elles convergent aussi sur un même point de vue, celui de l’impartialité de cette Cour. Maitre Vital Nshimirimana a représenté dans ce procès les amis de la Cour dont quelques organisations burundaises et internationales comme le Focode, Maison de la presse, Acat, PEN Kenya, PEN international, Reporter sans frontière et bien d’autres.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

250 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 17 %)

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 3 %)

Trois leaders de la société civile portent plainte contre Rema FM au CNC,(popularité : 3 %)

Journée mondiale de la liberté de la presse : Une célébration sur fond d’inquiétude ,(popularité : 2 %)

Les femmes juristes s’intéressent aux veuves,(popularité : 2 %)

Le calme semble être revenu à la prison centrale de Gitega,(popularité : 2 %)

Afffaire Manirumva : cinq ans après, Rufyiri dans le colimateur du Ministère public,(popularité : 2 %)

Exécution extrajudiciaire : abus de langage au Burundi,(popularité : 2 %)

Divergences de vue sur la vie du président de l’OLUCOME qui serait en danger ,(popularité : 2 %)

2011, année des violations massives des droits de l’homme,(popularité : 2 %)